Eure : Des faux policiers interceptent des automobilistes

De faux policiers ont intercepté des véhicules haut de gamme dans le département de l’Eure ce jeudi 25 janvier.

Les individus ont équipé leur véhicule d’un gyrophare et ils ont prétendu appartenir à une patrouille de la brigade anti-criminalité de la police nationale … Alors que les interceptions ont eu lieux à Pacy sur Eure et St Aubin s/ Gaillon. Les deux communes étant sur des secteurs gendarmerie, les conducteurs ont été vigilants et lorsqu’ils ont demandé leurs cartes professionnelles, les individus ont pris la fuite.

Les gendarmes de l’Eure ont fait appel à la vigilance des automobilistes via les réseaux sociaux.

Nice : Bientôt un agent de police municipale dans chaque école primaire

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a proposé de mettre un policier municipal (non armé) dans les écoles primaires de sa ville.

Le ministre de l’Éducation nationale annoncé qu’il était favorable à ce projet lors d’une interview par France Inter / France Info / Le Monde, cette expérimentation devrait donc bientôt commencer dans les écoles niçoises.

Il espère aussi que cela participera à renforcer le lien entre la police et la population (dont les enfants).

 

Loire : un homme jugé pour s’être agrippé à un militaire de l’opération Sentinelle

Les faits se sont déroulés le 27 juin 2017 dans les rues de St Étienne, un homme de 56 ans s’est agrippé à la jambe d’un militaire en patrouille.

Vu la menace terroriste actuelle, la question de la tentative de vol de l’arme du militaire pour commettre un acte terroriste s’est d’abord posée lors de l’audience puis le tribunal a rapidement écarté cette hypothèse suite au témoignage des militaires qui ont évoqué un homme non-violent qui s’est rapidement excusé auprès d’eux.

L’individu souffre de schizophrénie depuis une trentaine d’années, le parquet a demandé 4 mois de prison avec sursis et une obligation de soins.

Le juge a accepté en ajoutant qu’il devrait pris en charge dans un foyer.

Gers : le plan ORSEC NoVi déclenché pour un accident impliquant un car scolaire

Ce jeudi à 12h48, les secours ont été alertés pour un accident de circulation impliquant un car scolaire et une voiture sur la N524 au niveau de MANCIET (32).

45 collégiens et 5 adultes (conducteur inclus) se trouvaient dans le car au moment de l’accident, le conducteur du véhicule léger était seul dans sa voiture.

Environ 100 sapeurs-pompiers, 40 gendarmes et plusieurs équipes (terrestres et héliportées) du SAMU ont été mobilisés comme le prévoit le plan ORSEC (Organisation de la Réponse de SÉcurité Civile) annexe NoVi (Nombreuses Victimes) qui a été activé par la préfète du Gers.

Selon le bilan provisoire publié par la Préfecture à 16 h 30, 27 personnes sont blessés sont 4 urgence absolues.
Une victime a été évacué par l’hélicoptère du SAMU 31.

Le prefète se rend sur les lieux.

Une cellule psychologique a été mise en place pour les collégiens et les familles des victimes.

Séquedin : les policiers remplacent les surveillants pénitentiaires

Face au mouvement de grève de très nombreux surveillants pénitentiaires qui dénoncent de mauvaises conditions de travail et le manque d’équipements adaptés à leurs missions, des policiers ont dû surveiller les détenus de la prison de Séquedin ce samedi.

Plusieurs services de police ont été mobilisés (compagnie de sécurisation et d’intervention, groupe de sécurité de proximité, brigade anti-criminalité…).

Les forces de l’ordre ont notamment dû assurer la surveillance des promenades, des parloirs, des cellules et  apporter les repas.

 

Vers une hausse des effectifs de surveillants

Un projet d’accord prévoyant l’ouverture de 1100 postes surveillants pénitentiaires en 4 ans sur l’ensemble de la France à été soumit aux syndicats et à la ministre de la Justice.
Plusieurs syndicats ont annoncés qu’ils ne signeraient pas cette accord pour le moment,  ils le juge insuffisant.

Intéressés pour passer le concours de surveillant ?!
Retrouvez toutes les infos concernant le recrutement sur le site devenirsurveillant.fr

Nice : un véhicule fonce sur des surveillants pénitentiaires

Ce vendredi matin, un véhicule a forcé un barrage de police avant de foncée sur des surveillants pénitentiaires.

Un surveillant a été blessé, il a été transporté au centre hospitalier.

Selon les premières informations, l’individu est inconnu des surveillants et son attaque serait intentionnelle.

Cette attaque est survenue lors d’une manifestation des surveillants qui réclament plus de moyens et plus de sécurité pour effectuer leur métier.

Plus d’infos à venir.

 

Rennes : trois mois de prison pour avoir visé la police avec une arme

Mardi 16 janvier, vers 6H, un homme a braqué les policiers avec une arme dans le centre de Rennes.

Une patrouille de police secours a été alertée pour un homme armé d’un fusil d’assaut factice sur la voie publique.

Dès qu’ils arrivent sur les lieux, les policiers demandent aux passants de se mettre à l’abri.

L’individu a ensuite menacé les forces de l’ordre en dirigeant son arme vers eux puis en simulant plusieurs tirs.

Il a finalement lâché son arme sans faire de blessés puis il a été placé en garde à vue.

Jugé en comparution immédiate, il a plaidé coupable et il a expliqué qu’il avait trouvé l’arme dans une poubelle, il était ivre au moment des faits.

Le tribunal l’a condamné à six mois de prison ferme. C’est sa 7ème condamnation pénale.

Pyrénées-Orientales : le pompier menacé par son employeur ne sera pas sanctionné

C’est une bonne nouvelle que nous avons appris vendredi dernier. En effet, Yannick Conegero, sous-officier de sapeurs-pompiers volontaires à Cerbère (Pyrénées-Orientales), ne sera pas sanctionné par sa hiérarchie. Il lui était reproché d’être arrivé en retard à son poste de travail, le 6 novembre dernier. Un retard qui n’a pas eu de mal à justifier, puisqu’il a été appelé à intervenir sur un feu de broussailles. Mais cette excuse n’aurait visiblement pas suffit à la direction locale FRET de la SNCF, qui l’a menacé de sanctions.

Après notre article et la reprise de notre information par nos confrères, Yannick Conegero a été entendu par sa direction basée à Clichy. “J’ai été entendu par ma direction, aucune sanction, ni blâme n’est retenue contre moi. On m’a fait monter, seulement pour m’expliquer la convention entre les sapeurs-pompiers et la SNCF” a-t-il précisé au collectif qui défend les intérêts des sapeurs-pompiers volontaires dans les Pyrénées-Orientales (66). La mobilisation a été totale, puisque l’union départementale des sapeurs-pompiers des Pyrénées-Orientales (UDSP 66), la fédération nationale (FNSPF) et le SDIS 66 se sont mobilisés, une fois informés du problème. Il aurait eu rapidement “l’assurance de la direction générale de la SNCF, qu’il ne serait pas sanctionné pour ce retard”, précise Jean Garcia, président de l’UDSP 66.

Une résolution pour 2018

“Dorénavant, si cela devrait se reproduire, ma hiérarchie (pompier) devra faire le nécessaire pour me rapatrier sur mon lieu de travail, car cela peut avoir des conséquences économiques” ajoute Yannick Conegero, tout en estimant “qu’a contre sens, un feu peut aussi avoir des conséquences économiques, mais aussi et surtout humaine”.

Après beaucoup de stress, pour lui et son entourage en période de fêtes de fin d’année, il avoue compter intervenir moins souvent à des moments proches de ses horaires, afin que cette situation ne se reproduise plus. Dans un message, écrit pour la fin de la pétition signée par plus de 18’000 personnes, il remercie “tous les sapeurs-pompiers, les sympathisants, les agents SNCF, le collectif SPV 66, ainsi que les rédactions de Secours Info et de France bleu Roussillon.

VISOV : l’association des “volontaires numériques” bouge

EN BREF. L’assemblée générale de l’association VISOV a eu lieu samedi. À l’occasion, une trentaine de bénévoles étaient présents, dont un venu de La Réunion. Après un bilan annuel, un nouveau conseil d’administration s’est formé.

C’est désormais Thomas Loison, officier de sapeurs-pompiers, qui a été élu président. À ses côtés ; Ludovic Morand (vice-président), Élodie Boileau (trésorière), Sophie Arago (secrétaire), Jonathan Konckier et Jean-Christophe Bandelier au conseil d’administration.

Photo @VISOV1 sur Twitter.

L’association VISOV (Volontaires Internationaux en Soutien Opérationnel Virtuel) créée en janvier 2014 mais déjà très active depuis 2012, est la première communauté virtuelle francophone de volontaires numériques en gestion d’urgence (sécurité civile). Elle promeut l’utilisation accrue des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence, les MSGU.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet visov.org.

Le pompier de Paris blessé sur le feu de Choisy-le-Roi est décédé

Le sergent Jonathan Lassus-David qui a été grièvement blessé alors qu’il intervenait sur un important incendie à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), mercredi dernier, est décédé des suites de ses blessures, d’après nos informations. Le pompier décédé appartenait à la première équipe d’intervention, du centre de secours de Choisy, de la 22e compagnie d’incendie et de secours et du 2e groupement d’incendie et de secours de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Dans un communiqué, la BSPP indique : “Il est mort au feu alors qu’il accomplissait sa mission exigeante de soldat du feu. Son action a contribué à l’évacuation d’habitants qui auraient pu être victimes de ce sinistre. Une fois encore, la BSPP a payé un lourd tribut dans sa mission quotidienne de protection de la population”. Selon nos informations, le sergent Jonathan Lassus-David, pacsé et père de famille, était originaire d’Oloron-Sainte-Marie, une commune des Pyrénées-Atlantiques. En juin 2011, il avait été médaillé pour acte de courage et de dévouement, pour avoir participé le 14 août 2010, au secours périlleux d’un homme de 32 ans enseveli au fond d’un puits, sur la commune de Castel-Sarrazin, dans les Landes.

Une série noire

Il s’agit du quatrième sapeur-pompier mort en service commandé depuis le début 2018. En effet, le 5 janvier dernier, à l’âge de 64 ans, le caporal-chef Robert Sandraz, sapeur-pompier du corps départemental de Savoie, a été emporté par les eaux, lors d’une opération de secours et de mise en sécurité. Le 7 janvier, le caporal Jonathan Cottrez, âgé de 32 ans, et le 1ère classe Arnaud Dauchy, âgé de 20 ans, tous deux sapeurs-pompiers du corps départemental du Pas de Calais, sont décédés, alors qu’ils intervenaient sur un important incendie d’habitation où se trouvaient quatre personnes.