Sécurité civile : six nouveaux avions pour lutter contre les feux de forêt

Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a annoncé ce lundi matin, l’achat de six Bombardier Q400 supplémentaires dans leur version lutte incendies. Il avait annoncé cette intention l’été dernier, lors d’un déplacement en Corse.

Le gouvernement français vient de passer une commande auprès de Bombardier, pour six turbopropulseurs Q400 en version lutte incendie supplémentaires. Depuis 2005, la Sécurité civile en exploite déjà deux. Capable d’emporter 10 tonnes de produits retardant, les Bombardier Q400 MR servent aussi au transport de personnes (64 passagers) et de fret (9 tonnes).

1’800 km à une vitesse de 600 km/h

D’après un rapport d’information du Sénat, l’appareil est “capable de couvrir 1’800 km à une vitesse de 600 km/h, le Bombardier Q400 dispose d’une autonomie de trois heures de carburant. Ce qui lui donne la possibilité d’intervenir “dans 90 % des secteurs à risques méditérranéens”. L’appareil peut aussi couvrir “l’ensemble de la zone Sud-Ouest” puisqu’il peut relier Bordeaux en une heure (au lieu de deux heures pour le Canadair).

Reste la question de son utilisation en relief tourmenté. Si un relief “plus accidenté n’est pas le domaine normal d’évolution du Dash”, reconnaît le rapport du Sénat; l’appareil avec ses trois heures de carburant “peut intervenir dans le relief avec une limitation avant largage de 2,4 g en comptant trois interventions de 50 min chacune avant ravitaillement. A la première intervention, il pourra emporter 6 tonnes de retardant (soit environ 1 tonne de plus que le Fokker pour les mêmes conditions d’interventions en relief). A la seconde intervention, il pourra emporter 7 tonnes de retardant et 8 tonnes à la troisième”.

6 tonnes d’eau en 12 secondes

Si les Canadair CL 415 bombardiers d’eau restent des outils très performants avec “la capacité de recueillir 6 tonnes d’eau en 12 secondes, en effleurant un plan d’eau sur 1 500 mètres”, le coût de leur maintenance est très élevé. Ce qui explique les autres propos du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, en Haute-Corse. “La flotte est aujourd’hui suffisante en France” mais doit “faire l’objet d’un entretien quand elle revient à terre”, a-t-il aussi précisé. Les Canadair CL 415 représentent à eux seuls plus de 60 % des coûts de maintenance de la flotte totale.

Pyrénées-Orientales : le pompier menacé par son employeur ne sera pas sanctionné

C’est une bonne nouvelle que nous avons appris vendredi dernier. En effet, Yannick Conegero, sous-officier de sapeurs-pompiers volontaires à Cerbère (Pyrénées-Orientales), ne sera pas sanctionné par sa hiérarchie. Il lui était reproché d’être arrivé en retard à son poste de travail, le 6 novembre dernier. Un retard qui n’a pas eu de mal à justifier, puisqu’il a été appelé à intervenir sur un feu de broussailles. Mais cette excuse n’aurait visiblement pas suffit à la direction locale FRET de la SNCF, qui l’a menacé de sanctions.

Après notre article et la reprise de notre information par nos confrères, Yannick Conegero a été entendu par sa direction basée à Clichy. “J’ai été entendu par ma direction, aucune sanction, ni blâme n’est retenue contre moi. On m’a fait monter, seulement pour m’expliquer la convention entre les sapeurs-pompiers et la SNCF” a-t-il précisé au collectif qui défend les intérêts des sapeurs-pompiers volontaires dans les Pyrénées-Orientales (66). La mobilisation a été totale, puisque l’union départementale des sapeurs-pompiers des Pyrénées-Orientales (UDSP 66), la fédération nationale (FNSPF) et le SDIS 66 se sont mobilisés, une fois informés du problème. Il aurait eu rapidement “l’assurance de la direction générale de la SNCF, qu’il ne serait pas sanctionné pour ce retard”, précise Jean Garcia, président de l’UDSP 66.

Une résolution pour 2018

“Dorénavant, si cela devrait se reproduire, ma hiérarchie (pompier) devra faire le nécessaire pour me rapatrier sur mon lieu de travail, car cela peut avoir des conséquences économiques” ajoute Yannick Conegero, tout en estimant “qu’a contre sens, un feu peut aussi avoir des conséquences économiques, mais aussi et surtout humaine”.

Après beaucoup de stress, pour lui et son entourage en période de fêtes de fin d’année, il avoue compter intervenir moins souvent à des moments proches de ses horaires, afin que cette situation ne se reproduise plus. Dans un message, écrit pour la fin de la pétition signée par plus de 18’000 personnes, il remercie “tous les sapeurs-pompiers, les sympathisants, les agents SNCF, le collectif SPV 66, ainsi que les rédactions de Secours Info et de France bleu Roussillon.

VISOV : l’association des “volontaires numériques” bouge

EN BREF. L’assemblée générale de l’association VISOV a eu lieu samedi. À l’occasion, une trentaine de bénévoles étaient présents, dont un venu de La Réunion. Après un bilan annuel, un nouveau conseil d’administration s’est formé.

C’est désormais Thomas Loison, officier de sapeurs-pompiers, qui a été élu président. À ses côtés ; Ludovic Morand (vice-président), Élodie Boileau (trésorière), Sophie Arago (secrétaire), Jonathan Konckier et Jean-Christophe Bandelier au conseil d’administration.

Photo @VISOV1 sur Twitter.

L’association VISOV (Volontaires Internationaux en Soutien Opérationnel Virtuel) créée en janvier 2014 mais déjà très active depuis 2012, est la première communauté virtuelle francophone de volontaires numériques en gestion d’urgence (sécurité civile). Elle promeut l’utilisation accrue des Médias Sociaux en Gestion d’Urgence, les MSGU.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet visov.org.

Le pompier de Paris blessé sur le feu de Choisy-le-Roi est décédé

Le sergent Jonathan Lassus-David qui a été grièvement blessé alors qu’il intervenait sur un important incendie à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), mercredi dernier, est décédé des suites de ses blessures, d’après nos informations. Le pompier décédé appartenait à la première équipe d’intervention, du centre de secours de Choisy, de la 22e compagnie d’incendie et de secours et du 2e groupement d’incendie et de secours de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP).

Dans un communiqué, la BSPP indique : “Il est mort au feu alors qu’il accomplissait sa mission exigeante de soldat du feu. Son action a contribué à l’évacuation d’habitants qui auraient pu être victimes de ce sinistre. Une fois encore, la BSPP a payé un lourd tribut dans sa mission quotidienne de protection de la population”. Selon nos informations, le sergent Jonathan Lassus-David, pacsé et père de famille, était originaire d’Oloron-Sainte-Marie, une commune des Pyrénées-Atlantiques. En juin 2011, il avait été médaillé pour acte de courage et de dévouement, pour avoir participé le 14 août 2010, au secours périlleux d’un homme de 32 ans enseveli au fond d’un puits, sur la commune de Castel-Sarrazin, dans les Landes.

Une série noire

Il s’agit du quatrième sapeur-pompier mort en service commandé depuis le début 2018. En effet, le 5 janvier dernier, à l’âge de 64 ans, le caporal-chef Robert Sandraz, sapeur-pompier du corps départemental de Savoie, a été emporté par les eaux, lors d’une opération de secours et de mise en sécurité. Le 7 janvier, le caporal Jonathan Cottrez, âgé de 32 ans, et le 1ère classe Arnaud Dauchy, âgé de 20 ans, tous deux sapeurs-pompiers du corps départemental du Pas de Calais, sont décédés, alors qu’ils intervenaient sur un important incendie d’habitation où se trouvaient quatre personnes.

Vers une suspension de permis pour l’usage du téléphone au volant

Le gouvernement n’est plus que jamais mobilisé pour la Sécurité routière. Ce mardi, Edouard Philippe devrait annoncer au cours d’un conseil interministériel sur la sécurité routière, le passage de 90 à 80 kilomètres heure sur certaines routes de l’Hexagone. En prenant cette mesure, le Premier ministre assume : il sait qu’elle sera impopulaire, mais il la défend dores et déjà bec et ongle, refusant la fatalité.

Mais, selon une information de nos confrères de RTL, si aujourd’hui, vous risquez un retrait de 3 points et une amende de 135 euros pour l’usage du téléphone portable au volant. Désormais, on pourrait aussi vous suspendre votre permis pour une durée qui reste à déterminer, mais certains évoquent 3 mois. À l’issue de ce délai, on vous rendra votre permis.

De même source, il y aura des circonstances aggravantes qui pourront justifier cette suspension : si on vous surprend à proximité d’un passage piéton ou d’une école, par exemple.

Le père du meurtrier de Xavier Jugelé en garde à vue pour avoir glorifié l’acte de son fils

Selon le Point, le père de Karim Cheurfi, assassin du policier Xavier Jugelé » a été interpellé après avoir « glorifié » et « justifié » l’acte odieux de son fils ».

Selon les informations du journal, l’homme, sous l’effet de la consommation d’alcool, s’était « déjà rendu de lui-même au commissariat pour proférer des propos qui relèvent de l’apologie d’acte de terrorisme et menacer de mort les policiers de permanence ce soir-là. » La seconde fois, il « a donné raison à son fils d’avoir tué un policier alors qu’il faisait l’objet d’un contrôle routier ». Les policiers ont donc décidé de le placer en garde à vue et il devait être présenté à un juge dans la foulée.

Xavier Jugelé a été assassiné par Karim Cheurfi le 21 avril 2017 sur les Champs Elysées. Le policier était membre de Flag!, l’association des policiers et policières LGBT. Lors de l’hommage national qui lui avait été rendu le 25 juillet, son compagnon, Etienne Cardiles, avait prononcé un discours fort et digne, qui avait ému la France entière.

Video

Paris : une policière disparait lors d’un exercice dans la seine

Une opération de sauvetage est en cours dans la Seine après la disparition d’une fonctionnaire de police dans le fleuve ce vendredi. Cette disparition mobilise de nombreux moyens qui ont nécessité la sécurisation du secteur proche de Notre-Dame.

L’accident s’est produit lors d’un exercice commun entre les pompiers et les policiers de la brigade fluviale de la préfecture de police de Paris.

Depuis lundi, le niveau de la Seine a monté pour atteindre 3,06 mètres ce vendredi après des pluies importantes et le passage de la tempête Eleanor.

Savoie/Isère : le corps du pompier retrouvé près de Détrier

Triste nouvelle. Selon nos confrères du Dauphiné, les sauveteurs viennent de retrouver, près de Détrier (Combe de Savoie), à la frontière de la Savoie et de l’Isère, le corps sans vie du pompier volontaire disparu depuis jeudi après-midi dans les gorges du Breda.

Le corps de Robert Sandraz -âgé de 64 ans- a été retrouvé sous un pont, à proximité de l’endroit où il avait disparu. Le malheureux, tombé à l’eau alors qu’il portait secours à une famille dont la voiture avait été projetée dans la rivière par une coulée de boue, aurait été victime d’un tourbillon et son corps serait resté coincé dans le torrent. Un important dispositif de gendarmes a été mis en place pour interdire l’accès à l’endroit où vient d’être repêché le corps et faciliter le travail des secouristes.

Côtes d’Armor : quand la vie donne du sens à l’expression “mouiller sa chemise”

Le 2 janvier dernier, vers 20h30, le centre opérationnel de la gendarmerie reçoit l’appel d’une femme dont l’époux, âgé de 77 ans, a disparu. Elle explique qu’ils ont enlisé leur véhicule dans un chemin au lieu-dit “Le Maugoro” à Plouvara et ont sollicité l’aide d’un agriculteur du secteur, lequel est parvenu à sortir le véhicule avec son tracteur. Durant l’intervention, le propriétaire du véhicule a quitté les lieux à pied sans explication.

Quatre gendarmes de Lanvollon et Châtelaudren se lancent immédiatement à la recherche du septuagénaire. Au bout de quelques minutes, les militaires entendent un cri provenant d’un champ gorgé d’eau situé à quelques dizaines de mètres du chemin. Ils découvrent l’homme complètement recouvert de boue, allongé face contre terre au milieu du champ et à bout de souffle.

Avec l’aide des habitants arrivés en renfort, les gendarmes parviennent à extirper l’homme rapidement pris en charge par les sapeurs-pompiers, puis transporté à l’hôpital de SAINT-BRIEUC. L’expression “mouiller sa chemise” aura pris tout sons sens lors de ce sauvetage in extremis…

Eleanor : un pompier toujours porté disparu

Le sapeur-pompier volontaire emporté par un torrent jeudi est toujours porté disparu ce vendredi matin. Pas moins de trente-cinq sapeurs-pompiers et trois équipes cynophiles l’ont recherché toute la nuit, en vain.

L’incident s’est produit alors qu’il intervenait au niveau d’une rivière en crue pour secourir une famille réfugiée sur le toit de sa voiture. Il a été emporté par les eaux déchaînées de la Breda, entre l’Isère et la Savoie. “Plus de 80 personnes sont à sa recherche”, a déclaré Gérard Collomb, le ministère de l’Intérieur. D’après la préfecture de la Savoie citée par France bleu, deux hélicoptères médicalisés et des moyens nautiques ont été déployés.