Bataclan : Un ancien pompier condamné, il s’était fait passer pour une victime de l’attentat

Cédric R., ancien sapeur-pompier volontaire et formateur de secourisme en Nouvelle-Calédonie, avait indiqué aux enquêteurs, aux médias et au fonds de garantie des victimes qu’il se trouvait au Bataclan le 13 novembre 2015 au moment de l’attaque terroriste.

Une enquête avait été ouverte à cause de nombreuses incohérences dans son récit, il avait notamment évoquer une femme enceinte qui aurait prise plusieurs balles devant lui alors qu’aucune femme enceinte ne figurait parmi les victimes.

Il s’était même fait faire un tatouage en hommage aux victimes de l’attentat mais la localisation de son téléphone mobile a prouvé qu’il se trouvait à 30 kilomètres du Bataclan au moment de l’attaque. Ce n’est que vers minuit qu’il s’est rendu près de la salle de concert afin que des témoins confirment sa présence.

Il s’est rendu de lui-même aux gendarmes qui l’ont immédiatement placé en garde à vue. Il aurait dû être jugé en comparution immédiate mais le tribunal a renvoyé le procès en demandant une nouvelle expertise psychiatrique et psychologique de l’accusé.

Le tribunal de correctionnel Versailles l’a condamné  “tentative d’escroquerie”. Il écope de 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis avec mandat de dépôt, 2 ans de mise à l’épreuve, une obligations de soins psychologiques et il doit verser un euro de dommages et intérêts au fonds de garantie et à l’association 13 novembre.

Depuis les attentats, sept personnes déjà ont été condamnées pour “escroquerie” ou “tentative d’escroquerie”.

Guadeloupe : Incendie dans un centre hospitalier

Ce mardi vers 15 heures un violent incendie s’est déclaré dans un local technique de l’Hôpital de la Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.

Le plan blanc a été déclenché afin d’évacuer une partie des résidents du CHU vers les autres centres hospitaliers de ‘île.

A 19H30, 72 sapeurs-pompiers étaient mobilisés, ils sont devenu “maîtres du feu” mais celui – ci n’était pas encore éteint.

 

 

Burkina Faso : attentat sur un véhicule militaire Français

Dans la nuit du 27 Novembre 2017, deux individus ont lancés une grenade sur un véhicule militaire français, arrivé dans le quartier Nord de la ville d’Ouagadougou.Trois civils ont été blastés par l’explosion. Le bilan est de 2 urgences relatives et 1en urgence absolue.

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a atterri quelques heures après l’explosion, il s’est déplacé dans la ville pour une visite officielle concernant la motivation de la jeunesse africaine.

Cette attaque a été considérée comme un Attentat.

 

Yvelines : Les pompiers explorent 230 000 m² de carrières pour retrouver des adolescents disparus

Environ 80 sapeurs-pompiers ont été mobilisé ce samedi soir de 17H à 1H pour retrouver 20 adolescents perdus dans des carrières.

Trois jeunes avaient donné l’alerte en apercevant de la fumée après avoir vu une vingtaine de personnes entrer dans les carrières de pierres de Carrières-sur-Seine.

Le service départemental d’incendie et de secours des Yvelines a demandé du renfort à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris et a également fait intervenir ses spécialistes du groupe d’exploration longue durée, ce groupe est spécialement équipé d’un appareil respiratoire à circuit fermé afin d’avoir une autonomie beaucoup plus longue que la moyenne de 20 minutes des appareils respiratoires à circuit ouvert qui équipent les pompiers dans les fourgons.

Plusieurs petits feux ont été éteints sur les 100 premiers mètres avant d’établir une longue reconnaissance.

La reconnaissance a finalement durée  8 heures  et 230 000 m² de galerie ont reconnus, les secours ont ensuite appris que les individus avaient quitté les carrières avant leur arrivée.

Le groupe d’ados n’a pas été identifié pour le moment.

Hautes Pyrénées : révélations de l’enquête concernant le crash de hélicoptère de la gendarmerie

Ce lundi, le bureau enquêtes accidents (BEA) défense air a rendu son rapport sur le crash d’un hélicoptère de la gendarmerie ayant fait quatre mort (Le pilote, le co-pilote et deux gendarmes du PGHM) le 20 mai 2016  dans le massif du Vignemale (65).

L’enquête a révélée qu’une erreur de pilotage aurait été commise et que les conditions météo étaient défavorables (basse visibilité, neige, difficulté d’évaluation des distances et du diamètre rotor).

L’hélicoptère de la gendarmerie nationale (EC145 ou BK117-C2) apportait son soutien au peloton de gendarmerie de haute montagne lorsqu’il s’est crashé à 3150 mètres d’altitude.

Les quatre gendarmes, âgés de 43 à 49 ans, étaient tous pères de famille.

Le ministre de l’Intérieur affirme que les policiers hors service “resterons armés”

Selon Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, les policiers “resteront armés” hors service même en dehors de l’état d’urgence.

Le sujet avait été remis en question samedi soir après le triple meurtre commis par un policier avant qu’il se suicide.

Lors d’une interview dans l’émission Questions politiques diffusée sur France Info, France Inter et Le Monde, Gérard Collomb a déclaré que les policiers hors service “resteront armés il n’y a pas de problème”

Suite aux attentats du 13 novembre 2015, les forces de l’ordre avaient obtenu le droit de garder leur arme de service en permanence.

Pour porter leur arme hors service, ils doivent en faire la déclaration et avoir effectué au moins trois séances d’entraînements de tir par an.

Le ministre de l’Intérieur a rappelé l’importance de la responsabilité des chefs de service . “Vous êtes face à des contradictions qu’il faut savoir gérer. Cela demande beaucoup d’attention des cadres dirigeants de la police”.

New-York : Un incendie mobilise plus de 300 pompiers

Ce vendredi, à 15 heures (heure locale), un incendie s’est déclaré à l’intérieur d’un immeuble de 6 étages dans le quartier de Hamilton Heights à  New-York City.

L’incendie a commencé dans un petit appartement d’angle au dernier étage avant de se propager à 41 appartements, aidé par un vent à 40Km/h.

Le niveau de l’intervention est rapidement monté à 6 alarmes.

Plus de 300 pompiers du célèbre Fire Department New-York ont été mobilisés afin de venir à bout des flammes.

Quatre pompiers et un civil sont atteints de blessures non mortelles.

A 17 heures, le feu n’était toujours pas sous contrôle, la toiture et les combles  se sont effondrées.

La police a fermée la circulation autour de quelques blocs entourant le bâtiment en feu. 

Vidéo: l’équipage de Ladder 47 (Échelle 47) sauve un chien de l’incendie.

©FDNY

Les agressions contre les pompiers en forte hausse en 2016

D’après l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), l’an dernier les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers ont augmenté de 17,6%.

Insultes, crachats, violences contre les personnes ou dégradation du matériel… Chaque année, de nombreux pompiers sont pris à partie lors de leurs interventions ou au sein de leur caserne. D’après un rapport dévoilé ce mercredi par l’ONDRP, la tendance est même en forte hausse. En effet, l’an dernier, le nombre d’agressions déclarées a augmenté de 17,6% par rapport à l’année précédente : 2.280 pompiers se sont dits victimes d’une agression dans le cadre de leur métier en 2016, contre 1.939 en 2015.

En parallèle de l’augmentation des agressions déclarées, le nombre de jours d’arrêt de travail consécutif pour les victimes et le montant des dégradations ont eux aussi enregistré une hausse. En 2016, 1.613 journées d’arrêts ont été posées (+36,1% par rapport à 2015), et le coût des dégradations a lui bondi de 183,4% entre 2015 et 2016. Au cours de cette dernière année, 414 véhicules ont été touchés, pour un préjudice estimé à 283.442 euros.

La Nouvelle Aquitaine particulièrement touchée

D’après le rapport, de tels actes de violences sont déclarés dans toute la France, mais certaines régions sont plus touchées que d’autres: c’est en Nouvelle-Aquitaine que l’on compte le plus d’agressions, avec 406 cas en 2016. Viennent ensuite les Hauts-de-France, avec 366 cas, et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec 301 agressions en 2016. En quatrième position, la région Grand Est, avec 267 cas en 2016, puis l’Ile-de-France, avec 230 cas.

“On s’est tous déjà fait insulter au moins une fois”, témoigne ce mercredi Patrick, un pompier volontaire interrogé sur BFMTV. Il travaille à la caserne de Chanteloup-les-Vignes, dans le département des Yvelines, particulièrement touché en région parisienne.

Plus de 1.300 dépôts de plainte

“J’ai des collègues qui se sont pris des coups de poing. Un autre s’est déjà pris un cocktail Molotov. Moi je me suis pris des pierres sur le casque, ça a été extrêmement violent” – témoigne le pompier à nos confrères de BFMTV.

Parmi les victimes, dans tous le pays, 52,1% étaient pompiers professionnels. Au total, les agressions déclarées ont donné lieu à 1.337 dépôts de plainte, soit une procédure engagée par 58,6% des victimes. En 2015, ce taux était plus important: 65% des sapeurs pompiers agressés avaient choisi de déposer une plainte.

Hauts de Seine : Suicide à la direction de la gendarmerie

Ce dimanche, le commissaire A. Boutonnet a été découvert inanimé dans les locaux de la direction générale de la gendarmerie nationale. Il se serait donné la mort avec son arme de service, pour des raisons que les enquêteurs ignorent pour l’instant mais il suportait mal sa mutation récente. Il n’était pas de service ce dimanche.

Il avait rejoint le service de lutte contre le hooliganisme à sa création en 2009, en février 2017 il avait muté à la sous-direction de l’anticipation opérationnelle (SDAO) de la direction générale de la gendarmerie nationale.

Il s’était particulièrement impliqué pour renforcer la sécurité à l’intérieur et aux alentours des stades de football, il a notamment contribué à la mise en place du plan Leroux afin de pacifier les tribunes du parc des princes lors des matchs du PSG. C’était un des responsables de la sécurité de l’Euro 2016.

A. Boutonnet avait également été militaire de réserve.

C’est malheureusement le 6ème suicide chez les forces de l’ordre en une semaine.
L’équipe Secours Info adresse ses condoléances aux familles.