La victime est consciente

  • laisser la victime dans la position où elle se trouve, généralement debout ou assise ;
  • donner des « claques dans le dos » ;
  • réaliser des compressions en cas d’inefficacité des « claques dans le dos » :
    • au niveau abdominal s’il s’agit d’un adulte ou d’un enfant ;
    • au niveau thoracique s’il s’agit d’un nourrisson ;
    • au niveau thoracique s’il s’agit d’un adulte obèse ou d’une femme enceinte dans les derniers mois de grossesse, lorsqu’il est impossible d’encercler l’abdomen ;
  • répéter le cycle « claques dans le dos » et « compressions » ;
  • interrompre les manœuvres dès :
    • l’apparition d’une toux, de cris ou de pleurs ;
    • la reprise de la respiration ;
    • le rejet du corps étranger.

Si les manœuvres de désobstruction sont efficaces :

  • l’installer dans la position où elle se sent le mieux ;
  • la réconforter en lui parlant régulièrement ;
  • desserrer les vêtements ;
  • compléter le bilan ;
  • adapter les gestes de secours en fonction des résultats du bilan (administrer de l’oxygène par inhalation, si nécessaire) ;
  • transmettre le bilan, pour avis médical car:
    • même si la désobstruction est efficace de petits corps peuvent passer dans les voies aériennes et dans les poumons et provoquer des complications secondaires.
    • les manœuvres de compressions, thoraciques ou abdominales, même réalisées correctement, peuvent provoquer des lésions internes.
  • surveiller la victime, en particulier sa respiration.

Si les manœuvres de désobstruction sont inefficaces ou absentes, la victime perd connaissance.

La victime perd connaissance

  • l’accompagner au sol ;
  • adopter la conduite à tenir face à une victime en arrêt cardiaque.

Toutefois, il convient de :

  • débuter par les compressions thoraciques, quel que soit l’âge de la victime ;
  • vérifier la présence du corps étranger dans la bouche, à la fin de chaque cycle de compressions thoraciques. Le retirer prudemment s’il est accessible.