Illustration - Anthony Montardy/SecoursInfo.fr

Le tribunal de Châteauroux jugeait ce mercredi l’agresseur d’un pompier. Un automobiliste victime d’un accident, qui, sous l’emprise de l’alcool, s’en était pris à celui qui était venu le secourir, rapportent nos confrères de France bleu Berry.

Un cas d’agression de pompier devant le tribunal correctionnel de Châteauroux. L’homme qui comparaissait ce mercredi était poursuivi pour s’en être pris à un jeune sapeur-pompier volontaire d’Ecueillé, âgé de 17 ans au moment des faits. Le 12 août dernier, celui-ci est appelé avec ses collègues pour un accident de la route. Sur place, il découvre un véhicule endommagé sur le bord de la route. A bord, un homme ivre, une bouteille d’alcool à ses pieds. Les pompiers le mettent alors sur un brancard et l’attachent avec des sangles. L’automobiliste ne supporte pas. Il ne supporte pas non plus qu’on lui refuse une cigarette. Une fois détaché, il attrape le jeune pompier au col et le plaque contre la paroi du véhicule. A l’extérieur, il le poursuit en courant puis lui donne des coups de poing. Il ne s’arrêtera que lorsqu’il verra sa victime pleurer.

A l’audience, le prévenu, trentenaire, explique qu’il traversait alors une mauvaise passe, liée à la séparation d’avec la mère de ses enfants. Il consommait alors toutes sortes de substances, de l’alcool mais aussi des stupéfiants. Depuis, il a fait une cure, ce qui fait dire à son avocate que l’incident a provoqué chez lui une prise de conscience. Il a été condamné à cinq mois de prison.

Les agressions de pompiers en hausse

Le jeune homme victime des coups, ainsi que plusieurs responsables du SDIS de l’Indre (service départemental d’incendie et de secours) ont assisté au procès. Selon le commandant Lacroix, ce cas n’est pas à proprement « représentatif » de ce que vivent les pompiers au quotidien, néanmoins il note une augmentation, depuis plusieurs années, des cas de violence, physique ou verbale, envers les pompiers, professionnels ou volontaires. En 2016, on a dénombré 2.280 pompiers agressés en France, soit un toutes les quatre heures.