Mali : Un militaire mort au combat

Le Caporal Chef Julien Barbé a été tué par un engin explosif ce mercredi après-midi au sud-est du Mali lors d’une opération contre des terroristes. 

“Les soldats de la force Barkhane participaient depuis le 27 mars aux côtés de leurs partenaires maliens et burkinabés à une opération militaire conjointe tripartite dans la zone frontalière située au sud de Hombori, à 200 kilomètres au sud-ouest de Gao.  

“L’accrochage” impliquant les soldats et les terroristes s’est produit vers 16H30 quand un véhicule blindé léger engagé dans cette opération a subi une attaque par un engin explosif.

L’explosion a blessé légèrement deux soldats qui ont été immédiatement secourus par les équipes médicales de la Force» puis «le détachement de génie a été déployé pour prendre les mesures de sauvegarde suite à l’explosion et permettre la reprise de l’opération». 

Selon le ministère, c’est «pendant ce travail» que «le détachement a été pris à partie par des tirs directs, touchant mortellement le caporal-chef Julien Barbé».

Le Président de la République a «salué le sacrifice de ce soldat français tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays et la protection de nos concitoyens», selon l’Elysée. Le président de la République «exprime sa confiance et sa fierté aux militaires français qui combattent avec courage les groupes armés terroristes au Sahel» tout en réitérant «le soutien de la France au Mali et à la force des Nations Unies pour la mise en œuvre de l’accord de paix».

La mort de ce soldat porte à 17 le nombre de militaires français tués au Mali depuis l’intervention Serval en janvier 2013, à laquelle a succédé en août 2014 l’opération Barkhane (4 000 hommes), étendue sur cinq pays.

L’équipe de Secours Info présente ses sincères condoléances à la famille de ce Militaire ainsi qu’a l’ensemble de ces camarades.

Previous ArticleNext Article

États-Unis : explosion dans le centre de New-York

Ce lundi matin vers 8:00 heure locale (14:00 heure française), une explosion s’est produite dans la gare routière de Port-Authority proche de Times Square.

Les lignes A, C et E du métro new-yorkais ont été évacuées.

L’explosion pourrait provenir d’engin explosif artisanal porté par un individu, elle a fait 4 blessés en urgences relatives selon le Fire Department New-York (pompiers new-yorkais). Pour le moment, la police a interpellée un homme originaire du Bangladesh, le suspect à également été blessé par l’explosion.

Le quartier est bouclé par les forces de l’ordre.

Donald Trump, président des États-Unis, a été informé de l’explosion. Andrew Cuomo,gouverneur de New York, et Bill de Blasio, maire de New-York City, se sont rendu sur place.

Lors d’une conférence de presse le maire d’ New-york a affirmé qu’il s’agit d’une “tentative d’attaque terroriste”, “c’est un acte isolé il n’y a pas d’autres menaces” et il félicite les forces de l’ordre pour leur rapidité d’intervention.

Plus d’info à venir.

Yvelines : six policiers en garde à vue pour blanchiment et recel

Six policiers des Yvelines sont en garde à vue depuis lundi matin à l’IGPN, la police des polices, selon une information exclusive de nos confrères du Parisien.

D’après nos confrères, “ils ont été interpellés dans le cadre d’une affaire de blanchiment et recel. Les policiers, des gardiens de la paix, sont soupçonnés d’escroquerie à la taxe fiscale sur l’achat de voitures à l’étranger et la revente de ces véhicules en France. Ce trafic aurait été monté par un policier en disponibilité. Celui-ci avait monté un garage automobile qui aurait servi de base à ce trafic, dans lequel serait impliqué un certain nombre de policiers.”

Sécurité Civile : Les titulaires du permis B pourront conduire des véhicules jusqu’à 5.5 Tonnes avec une formation de 7H

La conférence nationale des services d’incendie et de secours a été organisée le 29 novembre 2017 au ministère de l’Intérieur.

Un avis favorable a été émis conformément à la dérogation autorisée par la directive européenne 2006/126/CE du 20, les acteurs de sécurité civile (sapeurs-pompiers, militaires, démineurs et bénévoles des associations agrées de sécurité civile).

Les détenteurs du permis B aurait ainsi la possibilité de conduire des véhicules de plus de 3.5 Tonnes sans excéder 5.5 Tonnes si ils suivent une formation spécifique d’une journée (7H).

Pour les sapeurs-pompiers, la seule visite médicale avec un médecin du service départemental d’incendie et secours sera suffisante pour la conduite des véhicules de secours et d’assistance aux victimes, le permis sanitaire (permis vert) ne sera donc pas obligatoire.

Ces mesures sont qualifiées d’ “opportunes” par la fédération nationale des sapeurs pompiers de France qui souhaite favoriser l’engagement des sapeurs pompiers volontaires.