• retirer délicatement tout corps étranger visible et facilement accessible dans la bouche ;
  • réaliser immédiatement cinq insufflations, de préférence à l’aide d’un insufflateur manuel de taille adaptée ; Pendant la réalisation des insufflations initiales, rester attentif à tout mouvement, à tout effort de toux ou à toute reprise d’une respiration normale qui pourraient survenir.
  • débuter immédiatement une RCP en répétant des cycles de quinze compressions thoraciques suivies de deux insufflations ;
  • demander un renfort médical en urgence absolue ;
  • mettre en œuvre, le plus tôt possible, le DAE et suivre les indications de l’appareil. A deux secouristes ou plus avec DAE, un ou deux secouristes poursuivent le massage cardiaque et la ventilation, l’autre met en œuvre le DAE. A deux secouristes sans DAE, les deux secouristes poursuivent le massage cardiaque et la ventilation jusqu’à l’arrivée des renforts (avec DAE). La mise en place des électrodes du DAE sur la victime doit se faire sans interrompre les manœuvres de RCP. L’interruption des compressions thoraciques doit être limitée à son minimum au moment des insufflations.
  • poursuivre la RCP jusqu’à ce que le DAE demande son interruption ;
  • reprendre la RCP immédiatement après la délivrance ou non d’un choc électrique par le DAE sans attendre les instructions vocales du DAE.
  • administrer de l’oxygène par insufflation ; L’apport d’oxygène à la victime sous ventilation artificielle doit être réalisé dès que possible, sans retarder la mise en œuvre des gestes de réanimation.
  • réaliser une aspiration des sécrétions, si nécessaire ; Lorsque l’aspiration de sécrétions est réalisée, elle ne doit pas retarder ni interrompre les manœuvres de RCP ou la délivrance d’un choc électrique.
  • mettre en place une canule oropharyngée, si nécessaire ; Une canule oropharyngée est mise en place en cas de ventilation artificielle inefficace par difficulté de maintien des voies aériennes de la victime libres.
  • poursuivre la réanimation entreprise jusqu’à l’arrivée des renforts médicalisés ou à la reprise d’une respiration normale.

Pour assurer une RCP efficace, les secouristes doivent se relayer toutes les deux minutes. Ce changement sera effectué lors de l’analyse du rythme cardiaque par le DAE, si celui-ci est en place. Si la victime commence à se réveiller (bouge, ouvre les yeux et respire normalement) :

  • cesser les compressions thoraciques et la ventilation ;
  • réaliser un bilan d’urgence vitale et assurer une surveillance constante de la conscience et de la ventilation tout en gardant la victime sur le dos ;
  • se tenir prêt à reprendre les manœuvres de RCP en raison du risque majeur de récidive de l’arrêt cardiaque.