Créteil (94) : Accident mortel impliquant la police

Mercredi soir, un véhicule banalisé de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris et 2 scooters ont été impliqué dans un accident de la route à Créteil près de l’hôpital Henri-Mondor.

Un quinquagénaire qui circulait sur l’un des scooters n’a pas survécu à la violence du choc.

D’après les premiers éléments, les forces de l’ordre se rendaient en intervention et ils avaient allumés leur gyrophares et les avertisseurs sonores étaient en fonction lorsqu’ils ont traversé l’intersection.

Le Service du traitement judiciaire des accidents est chargé de l’enquête.

Château-Chinon : un motard de la gendarmerie décède dans un accident

Décès d’un gendarme motocycliste en service.

Mercredi 7 juin 2017, alors qu’il circulait sur l’A77 dans le cadre du service, le gendarme Frédéric P., 34 ans, motocycliste à la brigade motorisée de Château-Chinon (58) est victime d’un accident mortel de la circulation routière.

Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses camarades, et partageons leur douleur.

Gard (30) : Un motard de la gendarmerie percuté par un véhicule

Ce mercredi 31 mai en début d’après-midi, un accident de la route s’est produit sur la route d’Arles à Nîmes.

Cet accident implique un motard de la gendarmerie qui a été percuté par un véhicule alors qu’il se rendait sur une intervention.

Les secours se sont rapidement rendus sur les lieux afin de baliser l’accident puis prendre en charge les victimes.

Le motard serait victime d’un traumatisme a une épaule et d’une douleur au niveau des cervicales. Il a été transporté au CHU de Nîmes.

Le ministre de l’Intérieur annonce  une réorganisation des forces de l’ordre

Gerard Collomb, ministre de l’Intérieur, s’est exprimé sur BFM TV à propos de plusieurs pistes pour renforcer la sécurité nationale.

“Je pense qu’on a un problème de sécurité aujourd’hui qui est maximal. Tous les pays se posent le problème de leur organisation . […] Donc regarder notre organisation et essayer de la transformer pour qu’elle soit plus efficace, évidemment que c’est un problème qui se pose à tous les pays”, a-t-il insisté.

Une fusion des groupes d’intervention?

Le ministre de l’Intérieur n’a pas écarté la possibilité d’une fusion entre le GIGN et la FIPN (Force d’Intervention de la Police Nationale, BRI + RAID).

“L’organisation de la police dans notre pays elle date d’un ou deux siècles. Nous sommes dans une période de changement, donc rien n’est interdit”. Mais le ministre exclut une fusion totale entre la police et la gendarmerie.

“On a beaucoup progressé au court des dernières années et je vois, sur le terrain, qu’il y a une complémentarité qui est parfaite. Je pense que chacun peut garder ses propres traditions parce que l’organisation est totalement différente, mais en même temps il faut qu’il y ait une coordination qui soit totale. Il faut qu’il y ait une continuité entre l’action de la gendarmerie et l’action de la police”.

Le ministre a rappelé l’engagement du gouvernement pour créer 10 000 postes de policiers et gendarmes supplémentaires en 5ans.

Mayotte : Le chef adjoint du groupement de gendarmerie grièvement blessé

Deux gendarmes ont été agressés à Mayotte, l’un d’eux est grièvement blessé. Il a reçu un jet de pierre au visage et a du être hospitalisé.

Ce dimanche vers 2H, une patrouille a été la cible de caillassages à Pamanzi et à Labatoir.
Un des deux gendarme a dû être  transféré en urgence au service de réanimation de l’hôpital de Mamoudzou. Ce gendarme est le numéro 2 du groupement de gendarmerie de Mayotte.

Matthias Fekl (Ministre de l’Intérieur) et Ericka Bareigts (Ministre de l’Outre-Mer) ont publiés un communiqué commun, ils condamnent “la lâche agression”  de ce gendarme qui assurait “la sécurité de nos concitoyens à Mayotte“.
Ils assurent que “Tout sera mis en oeuvre pour que les responsables de cet acte odieux soient retrouvés et traduits devant la justice“.

Les deux Ministres adressent leurs vœux de prompt rétablissement ainsi que leurs soutient à sa famille.
Un peloton de la gendarmerie mobile a été mobilisé afin de renforcer les gendarmes du groupement territorial pour sécuriser les lieux sensibles de l’île.

Élections : 50 000 policiers et militaires mobilisés dimanche

C’est dans le cadre de l’état d’urgence que se déroule cette élection présidentielle.

Afin de sécuriser le 2ème tour de cette élection, environ 50 000 policiers et militaires (dont la gendarmerie) de l’opération Sentinelle seront mobilisés dans toute la France.

Le porte parole du ministre de l’Intérieur annonce que ces effectifs seront déployés «aux abords des bureaux de vote et pour intervenir immédiatement en cas d’incident. […] Nos forces de l’ordre seront également particulièrement mobilisées pour assurer la sécurisation des célébrations, rassemblements et manifestations qui se dérouleront à l’issue de la divulgation des résultats».

Le soir du premier tour 143 personnes avaient été interpellées suite a quelques échauffourées contre les forces de l’ordre.
Six policiers et trois manifestants ont été légèrement blessés.

Paris (75) : Un homme interpellé en s’approchant des gendarmes avec une arme blanche

Deux jours après l’attaque sur l’avenue des Champs-Elysées, un individu a été interpellé à la Gare du Nord (Paris 10ème) par les forces de l’ordre mobilisés par l’opération “Sentinelle”, il s’approchait d’une patrouille de gendarmerie avec un couteau en main.

Cette arrestation a provoquée un mouvement de foule important, certains voyageurs ont même abandonné leurs bagages.

Alerte info : Un policier tué et deux autres blessés dans une fusillade sur les Champs-Élysées

Ce jeudi vers 21H, des coups de feu ont été entendu sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris.

L’avenue a ensuite été évacuée par la police nationale afin d’établir un périmètre de sécurité.

Trois policiers ont été blessés par balles et le tireur a été abattu.

De nombreux policiers du commissariat du 8ème arrondissement, une vingtaine de véhicules de CRS, la BRI, les militaires de l’opération “Sentinelle”, les démineurs, le SAMU, les sapeurs-pompiers de Paris et un hélicoptère de la sécurité civile et le procureur de la République François Molins sont sur les lieux.


21:28 : Le syndicat de police “Alliance” annonce le décès d’un des trois policiers, ses deux collègues sont blessés dont un grièvement (urgence absolue).

22:10 : La section anti-terroriste vient d’être chargée de l’enquête par la DGSI.

22:47 : Le porte-parole du ministère de l’Intérieur dément les rumeurs de décès d’un second policier.

22:55 : Le ministre de l’Intérieur vient de rejoindre le premier ministre et le président de la République au Palais de l’Élysée pour une réunion de crise, François Hollande prendra ensuite la parole devant les médias.

23:04 : La police confirme qu’il n’y a pas de second assaillant en fuite.

23:20 : Allocution de François Hollande, président de la République :
>  “Nous sommes convaincus que les pistes sont d’ordre terroriste. Le parquet antiterroriste a été saisi.”
“j’ai convoqué un conseil de défense demain matin à 8H.”
>  “Mes pensées vont à la famille du policier tué et aux proches des blessés. Un hommage national lui sera rendu.”
 “Le soutien de la nation est total à l’égard des forces de sécurité.”
>  “Tout doit être fait que les policiers, gendarmes et militaires puissent exercer leur mission.”

23:34 : L’État Islamique revendique cette attaque.

00:22 : La Maire de Paris annonce qu’une “cellule psychologique sera mise en place dès demain à l’attention de toutes les personnes touchées”.

00:30 : Point de situation du Procureur de Paris :
>  Le pronostic vital du policier grièvement blessé n’est plus engagé.
>  L’assaillant est identifié et connu des services de police.

Tours (37) : Un policier municipal décède dans un accident

Mardi 18 avril vers 19 h, un motard de la police municipale de Tours s’est tué en percutant le terre-plein central après avoir perdu le contrôle de sa moto sur l’autoroute A 10 dans le sens Paris-province.

Les deux motards de la police municipale se rendaient en intervention lorsqu’ils se sont engagés sur l’autoroute, le motocycliste de tête à donner l’alerte quand il s’est aperçu qu’il n’était plus suivi par son collègue.

Né en 1988, il faisait parti des trois agents motocycliste de la police municipale de Tours depuis près de quatre ans.

L’A10 a été fermée à la circulation le temps que la gendarmerie procède aux constatations nécessaires pour leur enquête.

24H du Mans : Un important dispositif de sécurité

Compte-tenu du risque terroriste et des 70 000 motards attendus ce week-end autour du circuit Bugatti – Le Mans, le dispositif de sécurité s’adapte avec de nombreux moyens que se soit au niveau des missions de sécurité publique ou de sécurité civile.

Moyens de sécurité publique :

450 policiers et CRS ainsi que 385 gendarmes de la gendarmerie départementale et de la gendarmerie mobile sont présents pour effectuer des contrôles et veiller au bon déroulement de cet événement annuel.

Une équipe de déminage et 7 équipes cynophiles (dont les chiens sont notamment spécialisés dans la détection d’explosifs et de produits stupéfiants) renforcent les forces de l’ordre.

 

Moyens de sécurité civile :

Un centre médical piste, un centre médical spectateurs et 2 ambulances sont gérés par les organisateurs.

250 pompiers du SDIS et 1 équipe du SAMU sont mobilisés et réparti sur deux postes afin d’obtenir une couverture opérationnelle de l’intérieur et de l’extérieur du circuit.

240 secouristes bénévoles des associations agréées de sécurité civile sont également venus consolider le dispositif de secours.

Nous souhaitons “Bonne Chance” à la “Team 18 Sapeurs-Pompiers” qui participe à cette course d’endurance.