Paris : quand le père Noël s’invite à la brigade, ça donne ça !

Plus qu’un jour avant le réveillon de Noël. La brigade de sapeurs-pompiers de Paris, très active sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Twitter, Instagram ou encore Facebook, poste chaque jour depuis début décembre, des photos du père Noël, qui a décidé de rejoindre les rangs de la brigade. Messages humoristiques, préventifs et informatifs, accompagnent les photos de Fabien Picard, l’un des membres du bureau communication de la BSPP. Comme dirait un commentaire laissé sur l’une des publications, “là il y a du B.com!”.

Du 1er décembre à aujourd’hui

Une nouvelle recrue arrive à la brigade 🚒 le Sapère Noël 🎅 Suivez son entrainement tous les jours jusqu’au 24 décembre ! 🎄
Chaque chose à sa place !
La condition physique, ça se travaille…
La montée de planche se travaille aussi ! 💪
“NOOOOOOOON PAS COMME ÇA !” 😰
Mon secteur préféré à Paris ? La rue de « Rennes » 🦌
Les corvées c’est pas un cadeau 🎁
Cours théorique sur le sauvetage à victime
Pas de bras 💪 pas de chocolats 🍫
HO HO HO ça décale ! 🚒
Attention avis de tempête !
Ne rien lâcher ! 🎅
Combien de rennes sous le capot ? 🦌🚒
garder l’essentiel à porter de main
“Attention, n’appelez le 18/112 qu’en cas d’urgence !”
Le père noël est en avance cette année
“Le métier commence à rentrer”
C’est qui le patron?!😉
Accroche toi tu y es presque !
“Soulever ou périr”
Prêt pour la cheminée
Vers l’infini et au delà !
Derniers préparatifs avant le jour-J ! 👞🎄

Pyrénées-Orientales : une pétition lancée pour aider un pompier volontaire face à son employeur

Un pompier volontaire du centre de secours de Cerbère dans les Pyrénées-Orientales, est face à une situation pour le moins surprenante. Selon nos informations, Yannick Conegero a été appelé à intervenir le 6 novembre dernier peu après midi, pour un feu de forêt qui s’est déclaré sur sa commune. Seulement, une fois le feu terminé, celui-ci s’est rendu à son poste de travail, avec trois heures de retard. Un retard qui ne plait visiblement pas à son employeur, la direction Fret de la SNCF basée à Clichy.

Quelques jours seulement après avoir répondu à son Bip, ses supérieurs hiérarchiques de Cerbère, lui ont demandé d’expliquer son retard. Mais sa réponse n’a visiblement pas plu à sa hiérarchie qui aurait décidé “de l’envoyer à la direction Fret SNCF, pour lui infliger une sanction pouvant aller du blâme… jusqu’à la révocation” de son contrat.

Une pétition en ligne

Pour l’heure, une pétition a été lancée sur un site internet pour aider ce pompier. “Pompier en activité, ancien pompier ou sympathisant ; diffusez et faites signer cette pétition le plus largement possible pour que le sapeur-pompier, Yannick Conegero ne reçoive aucune sanction de la part de la direction SNCF, pour avoir effectué son devoir”, tel est le message d’appel à l’aide, envoyé par plusieurs de ses collègues de la SNCF. Pour consulter la pétition, cliquez ici.

Contacté par notre rédaction, le collectif SPV 66 qui défend les pompiers volontaires dans les Pyrénées-Orientales, indique : “nous sommes très étonnés de cette procédure de la part d’une société où l’État y est actionnaire. Nous notons que le code de sécurité intérieure, indique notamment dans ses articles -les activités ouvrant droit à autorisation d’absence du sapeur-pompier volontaire pendant son temps de travail sont : les missions opérationnelles concernant les secours d’urgence aux personnes victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes et leur évacuation, ainsi que la protection des personnes, des biens et de l’environnement, en cas de péril-“ précise le secrétaire générale, l’adjudant-chef Serge Vaills, avant de rappeler l’un des articles stipulant qu’“aucun licenciement, aucun déclassement professionnel, ni aucune sanction disciplinaire ne peuvent être prononcés à l’encontre d’un salarié en raison des absences résultant de l’application des dispositions de la présente section”.

“Nous invitons la direction de la SNCF au bon sens et que notre collègue, soit plutôt mis à l’honneur que sanctionné” – l’adjudant-chef Serge Vaills, secrétaire générale adjoint du collectif SPV 66.

Bouches-du-Rhône : une campagne pour lutter contre les agressions envers les pompiers

Les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône lancent une campagne publicitaire pour dénoncer les agressions commises à leur encontre. Elles ont tendance à augmenter ces dernières années, sur le plan national.

“On n’est pas là pour se faire agresser, on est là pour protéger et sauver les gens”, précise le commandant Sylvain Besson à nos confrères de France bleu Provence, résumant le message de cette campagne de communication des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône.

40 plaintes en 2017

Depuis le début de l’année, pas moins 40 plaintes ont été déposées par les sapeurs-pompiers du SDIS 13. “Des plaintes pour insultes, injures, menaces au téléphone mais aussi des agressions sur le terrain” précisent nos confrères. Une peine de six mois de prison ferme a même été prononcée en 2017, ainsi qu’une peine de 18 mois de prison avec sursis.

“On se fait agresser chez M. et Mme Tout-le-monde” – commandant Sylvain Besson

Les pompiers tiennent à sensibiliser le grand public sur le fait que ces agressions se sont généralisées. «On a l’habitude de dire que les pompiers se font agresser dans des quartiers particuliers, note le commandant Sylvain Besson. Ça arrive et c’est un fait mais on se fait aussi agresser chez monsieur et madame Tout-le-monde. On est victime d’un délabrement sociétal».

Eure-et-Loir : une femme sapeur-pompier violemment agressée pendant une tournée des calendriers

Une femme sapeur-pompier du centre de secours de La Loupe (28) a été violemment agressée alors qu’elle effectuait, en tenue professionnelle, la tournée des calendriers sur la commune de Fontaine-Simon.

Selon nos confrères de l’Écho Républicain, l’affaire remonte au 10 décembre dernier. Ce jour-là, vers 17 heures, une femme sapeur-pompier volontaire du centre de secours de La Loupe a été agressée lors d’une tournée des calendriers, qu’elle effectuait seule, sur la commune de Fontaine-Simon.

Le commandant Pascal Prévost, chef du groupement territorial ouest du SDIS d’Eure-et-Loir, précise : « Un motard casqué et le visage dissimulé par un foulard s’est arrêté à son niveau et lui a porté des coups violents sur le crâne au moyen d’un objet qui ressemblait à un bâton hérissé de picots. »

Deux plaintes

La femme aurait perdu connaissance. Blessée, elle a été conduite par ses collègues au centre hospitalier de Nogent-le-Rotrou qu’elle a pu quitter après avoir reçu des soins et subi divers examens. L’argent de la vente des calendriers qu’elle avait recueilli lui a été volé : « Une somme dérisoire d’à peine 50 € », précise le commandant à nos confrères de l’Écho Républicain.

Deux plaintes ont été déposées auprès de la gendarmerie de Nogent-le-Rotrou. L’une par la victime et l’autre par l’Amicale des sapeurs-pompiers.

« Si il y a, au niveau national, une augmentation des agressions sur les sapeurs-pompiers lors de leurs interventions, nous ne sommes pas habitués au niveau départemental et notamment en milieu rural à ce genre d’agression qui s’est déroulée en dehors du cadre d’une intervention et dont la victime est une femme qui portait son uniforme », souligne le commandant Prévost.

Yvelines : six policiers en garde à vue pour blanchiment et recel

Six policiers des Yvelines sont en garde à vue depuis lundi matin à l’IGPN, la police des polices, selon une information exclusive de nos confrères du Parisien.

D’après nos confrères, “ils ont été interpellés dans le cadre d’une affaire de blanchiment et recel. Les policiers, des gardiens de la paix, sont soupçonnés d’escroquerie à la taxe fiscale sur l’achat de voitures à l’étranger et la revente de ces véhicules en France. Ce trafic aurait été monté par un policier en disponibilité. Celui-ci avait monté un garage automobile qui aurait servi de base à ce trafic, dans lequel serait impliqué un certain nombre de policiers.”

Toulouse : un pompier en intervention reçoit un coup de couteau au thorax

Selon nos confrères d’Actu17, un sapeur-pompier venu assister des ambulanciers a été blessé en intervention, samedi dernier à Toulouse. Appelés à la demande des ambulanciers pour une ouverture de porte, l’un des pompiers a pénétré dans l’appartement, dans lequel se trouvait une femme. Celle-ci a porté un coup de couteau à hauteur du thorax.

“L’homme a dû être transporté à l’hôpital, mais son état de santé n’est pas préoccupant” précise Actu17, citant le site actu.fr.

Gimaex : le fabricant de camions de pompiers est “dans le rouge”

“L’entreprise Gimaex est en difficultés financières faute d’avoir été payée par deux gros clients étrangers”, selon une information de nos confrères de France bleu Saint-Étienne Loire. Des mesures de chômage partiel ont même été prises jusqu’à la fin de l’année sur le site de Roanne.

Gimaex réalise deux tiers de son chiffre d’affaire à l’étranger et ce sont justement certains de ces contrats qui posent aujourd’hui problème. Deux clients étrangers n’ont pas payé leurs commandes. Ces commandes concernent ” une cinquantaine de véhicules en Libye […] et à peu près 140 en Irak. Là 60% sont livrés, mais tout n’est pas payé Et en Libye, rien n’est payé, mais tout est livré” selon le directeur de l’usine de Roanne Serge Vadon.

Pour nous, c’est très difficile, très difficile de faire du commerce dans ces pays-là — Serge Vadon à nos confrères de France bleu.

Des millions d’euros sont attendus par Gimaex qui, par conséquent, a dû ralentir sa production. Ainsi, et c’est la décision prise par la direction, des mesures de chômage partiel ont été mises en place. Jusqu’à la fin de l’année, tous les salariés restent un jour par semaine à la maison, soit 90 personnes concernées.

Heureusement, il y a les SDIS

Heureusement les clients français sont là. Gimaex fournit des véhicules à tous les Services Départementaux d’Incendie et de Secours de France. Ainsi, le SDIS de la Loire vient de commander et recevoir neuf nouveaux camions citernes feux de forêts fabriqués à Roanne. Un contrat de plus de deux millions d’euros pour Gimaex “: cette commande nous a vraiment aidé […] on a l’espoir de pouvoir nous en sortir rapidement”.

Source : France bleu.

Les agressions contre les pompiers en forte hausse en 2016

D’après l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), l’an dernier les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers ont augmenté de 17,6%.

Insultes, crachats, violences contre les personnes ou dégradation du matériel… Chaque année, de nombreux pompiers sont pris à partie lors de leurs interventions ou au sein de leur caserne. D’après un rapport dévoilé ce mercredi par l’ONDRP, la tendance est même en forte hausse. En effet, l’an dernier, le nombre d’agressions déclarées a augmenté de 17,6% par rapport à l’année précédente : 2.280 pompiers se sont dits victimes d’une agression dans le cadre de leur métier en 2016, contre 1.939 en 2015.

En parallèle de l’augmentation des agressions déclarées, le nombre de jours d’arrêt de travail consécutif pour les victimes et le montant des dégradations ont eux aussi enregistré une hausse. En 2016, 1.613 journées d’arrêts ont été posées (+36,1% par rapport à 2015), et le coût des dégradations a lui bondi de 183,4% entre 2015 et 2016. Au cours de cette dernière année, 414 véhicules ont été touchés, pour un préjudice estimé à 283.442 euros.

La Nouvelle Aquitaine particulièrement touchée

D’après le rapport, de tels actes de violences sont déclarés dans toute la France, mais certaines régions sont plus touchées que d’autres: c’est en Nouvelle-Aquitaine que l’on compte le plus d’agressions, avec 406 cas en 2016. Viennent ensuite les Hauts-de-France, avec 366 cas, et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec 301 agressions en 2016. En quatrième position, la région Grand Est, avec 267 cas en 2016, puis l’Ile-de-France, avec 230 cas.

“On s’est tous déjà fait insulter au moins une fois”, témoigne ce mercredi Patrick, un pompier volontaire interrogé sur BFMTV. Il travaille à la caserne de Chanteloup-les-Vignes, dans le département des Yvelines, particulièrement touché en région parisienne.

Plus de 1.300 dépôts de plainte

“J’ai des collègues qui se sont pris des coups de poing. Un autre s’est déjà pris un cocktail Molotov. Moi je me suis pris des pierres sur le casque, ça a été extrêmement violent” – témoigne le pompier à nos confrères de BFMTV.

Parmi les victimes, dans tous le pays, 52,1% étaient pompiers professionnels. Au total, les agressions déclarées ont donné lieu à 1.337 dépôts de plainte, soit une procédure engagée par 58,6% des victimes. En 2015, ce taux était plus important: 65% des sapeurs pompiers agressés avaient choisi de déposer une plainte.

Haute-Savoie : un pompier professionnel décède lors d’une manoeuvre

D’après nos informations, confirmées par les pompiers du SDIS de la Haute-Savoie, un pompier professionnel âgé de 45 ans a perdu la vie au cours d’une manoeuvre, ce lundi peu après 16 heures.

C’est bien une triste nouvelle qui vient endeuiller la grande famille des pompiers. Alors qu’il effectuait une manoeuvre au sein de l’école départementale des pompiers du SDIS 74 à Epagny, il a été découvert inanimé, au pied d’un camion échelle.

Malgré les soins et les techniques de réanimation prodigués par ses camarades et une équipe médicale, le pompier est décédé.

À 23 heures, les raisons du drame restaient inexpliquées. Est-il tombé du haut de l’échelle ? A-t-il était victime d’un malaise cardiaque ? Pour le moment, aucune réponse officielle nous a été communiquée.