Toulouse : deux associations de secourisme condamnées après la mort d’un triathlète

Illustration - Pixabay.

La responsabilité de deux associations toulousaines, agréées de Sécurité civile, a été retenue par le tribunal de grande instance (TGI) de Toulouse, après la mort d’un triathlète en 2014.

Les deux associations de secourisme –Tournefeuille Sauvetage nautique de Tourenefeuille et les Secouristes d’Uglas et du Plateau– ont « multiplié les erreurs dans la prise en charge de la victime » estiment les juges. En effet, ils auraient tardé à diagnostiquer un coup de chaleur, à prodiguer les premiers gestes et à contacter les sapeurs-pompiers.

« Il a été enfourné dans une ambulance sans climatisation par 30 °C à l’ombre, alors que son épouse hurlait qu’il fallait le rafraîchir » témoigne l’avocat de la famille, ajoutant que « les fautes des secouristes sont massives ».

600’000€ d’indemnités pour la famille

La justice estime que les associations auraient dû contacter plus tôt le SAMU et que la présence d’un médecin aurait permis un diagnostic plus précoce, ainsi qu’une prise en charge médicale rapide. Par ailleurs, le TGI a décidé d’indemniser sa veuve et ses deux enfants à hauteur de 600 000 euros.

« Cette affaire et la décision qui vient d’être rendue par le tribunal de grande instance de Toulouse mettent en lumière la question de l’organisation des secours dans les manifestations sportives, qui, bien souvent, ne sont pas en mesure de faire face efficacement aux accidents qui surviennent, notamment dans les manifestations de grande ampleur », a déclaré à nos confrères de La Dépêche, Me Pascal Nakache, l’avocat de la veuve de la victime.

L’expert indépendant, désigné par le TGI de Toulouse, avait conclu que les erreurs des intervenants avaient entraîné une perte de chance de survie de 80%. Ce dernier était décédé trois jours plus tard.