La crise d’asthme est une détresse respiratoire provoquée par une inflammation et une contraction des fibres musculaires lisses des bronchioles (petites bronches) qui entraîne un rétrécissement brutal de leur calibre.

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui touche un très grand nombre de personnes de tout âge. Sa fréquence est en augmentation, particulièrement dans les zones urbaines et industrialisées.

Les asthmatiques ont souvent avec eux des médicaments sous forme d’aérosol doseur (spray) qu’ils utilisent en cas de crise pour la faire cesser. Ces médicaments entraînent une dilatation des petites bronches et facilitent la respiration.

Causes

Chez l’asthmatique, la crise d’asthme peut être déclenchée par certains facteurs favorisants comme :

  • le contact avec un allergène (poils d’animaux, pollen …) ;
  • une infection respiratoire ;
  • certains médicaments comme l’aspirine ;
  • la fumée, la pollution ou un gaz irritant ;
  • les variations climatiques ;
  • l’effort ;
  • une forte émotion, l’anxiété ou l’angoisse.

Les personnes qui souffrent d’asthme peuvent diminuer la survenue de crises en contrôlant leur environnement et en limitant le risque d’exposition aux facteurs déclenchant la crise d’asthme.

Risques & Conséquences

La crise d’asthme rend la respiration difficile et entraîne une détresse respiratoire. Quand la crise survient, la victime peut utiliser des médicaments. Les médicaments de l’asthme relaxent les fibres musculaires lisses des bronchioles et permettent à l’air de circuler jusqu’aux alvéoles. Ceci rend la respiration de la victime plus facile.

Signes

Les signes apparaissent chez une personne souvent connue comme étant asthmatique.

Dans sa forme grave, le bilan d’urgence vitale fait apparaitre une victime consciente, très angoissée, qui se plaint de respirer difficilement, qui refuse de s’allonger et qui demande à rester assise. Lors de l’examen, on peut constater :

  • l’impossibilité pour la victime de parler ;
  • une agitation ;
  • un sifflement à l’expiration.

En fin de compte, on se retrouve devant une victime qui présente une détresse respiratoire.

En l’absence d’une prise en charge rapide ou parfois brutalement, la victime peut perdre connaissance et présenter un arrêt cardiaque.

Dans sa forme la plus légère, la victime consciente se plaint d’une gêne respiratoire modérée, sans modification importante de la fréquence respiratoire.

Principe de l’action de secours

L’action de secours doit permettre de :

  • faciliter la respiration de la victime ;
  • aider la victime à prendre son traitement ;
  • demander un avis médical, dans tous les cas.