Secours Info

Pompiers du Rhône : vives tensions entre grévistes et direction

Les sapeurs-pompiers du Rhône traversent une période difficile, où les relations entre direction et syndicats semblent très tendues. Les revendications sont nombreuses et approuvées par l’ensemble des organisations syndicales, qui ont déposé un préavis de grève commun du 6 au 10 décembre prochains.

Lors du dernier mouvement, organisé le 27 novembre dernier, plusieurs dizaines d’agents ont pénétré dans le bâtiment de l’État-major. Le directeur départemental, le contrôleur général Serge Delaigue, indique qu’« ils ont porté atteinte à des biens publics dédiés à l’accomplissement du service public », sans toutefois ajouter plus de précisions. Les faits ont fait l’objet d’un constat d’huissier de justice et une plainte sera déposée.

Le procureur de la République informé

« J’ai (…) subi, ainsi que trois de mes plus proches collaborateurs, de la part de certains agents, plusieurs actes dans l’exercice de nos fonctions : lancers d’œufs, propos portant atteinte à l’honneur et à la considération et maintien forcé sous menaces dans une enceinte fermée » témoigne-t-il, précisant avoir fait un signalement auprès du procureur de la République.

Un signalement fondé sur l’article 40 du Code de procédure pénale, prévoyant que « toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit est tenu d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs ».

Six SDIS appelés en renfort

En prévision de la prochaine grève et selon des responsables de syndicats, la direction du SDMIS a décidé de compenser l’absence des grévistes, par des sapeurs-pompiers volontaires du Rhône et de six autres départements, dont la Loire, l’Ain, l’Isère, la Savoie, la Haute-Savoie et la Drôme. Une mesure qui agace sérieusement les syndicats, qui ont décidé de frapper au moment de la traditionnelle fête des lumières de Lyon.

Ils  réclament que les effectifs se calquent sur les besoins opérationnels. Actuellement, ils sont sous-dimensionnés par rapport au potentiel opérationnel journalier (POJ). Ils demandent aussi un cycle de travail prédéfini et en 12 heures. Ils estiment aussi, qu’il est anormal que leur rémunération, soit plus basse que leurs collègues d’autres départements.

Anthony Montardy

Anthony Montardy

Journaliste professionnel, titulaire de la carte de presse. Sapeur-pompier volontaire dans le sud de la France.

Plus d'infos sur notre application mobile, disponible sur iOS et Android. Cliquez ici pour la télécharger gratuitement.

Réagir

Abonnez-vous à notre newsletter

Si vous n'avez pas de grade, merci de laisser le champ vide.