Sécurité civile : six nouveaux avions pour lutter contre les feux de forêt

Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a annoncé ce lundi matin, l’achat de six Bombardier Q400 supplémentaires dans leur version lutte incendies. Il avait annoncé cette intention l’été dernier, lors d’un déplacement en Corse.

Le gouvernement français vient de passer une commande auprès de Bombardier, pour six turbopropulseurs Q400 en version lutte incendie supplémentaires. Depuis 2005, la Sécurité civile en exploite déjà deux. Capable d’emporter 10 tonnes de produits retardant, les Bombardier Q400 MR servent aussi au transport de personnes (64 passagers) et de fret (9 tonnes).

1’800 km à une vitesse de 600 km/h

D’après un rapport d’information du Sénat, l’appareil est “capable de couvrir 1’800 km à une vitesse de 600 km/h, le Bombardier Q400 dispose d’une autonomie de trois heures de carburant. Ce qui lui donne la possibilité d’intervenir “dans 90 % des secteurs à risques méditérranéens”. L’appareil peut aussi couvrir “l’ensemble de la zone Sud-Ouest” puisqu’il peut relier Bordeaux en une heure (au lieu de deux heures pour le Canadair).

Reste la question de son utilisation en relief tourmenté. Si un relief “plus accidenté n’est pas le domaine normal d’évolution du Dash”, reconnaît le rapport du Sénat; l’appareil avec ses trois heures de carburant “peut intervenir dans le relief avec une limitation avant largage de 2,4 g en comptant trois interventions de 50 min chacune avant ravitaillement. A la première intervention, il pourra emporter 6 tonnes de retardant (soit environ 1 tonne de plus que le Fokker pour les mêmes conditions d’interventions en relief). A la seconde intervention, il pourra emporter 7 tonnes de retardant et 8 tonnes à la troisième”.

6 tonnes d’eau en 12 secondes

Si les Canadair CL 415 bombardiers d’eau restent des outils très performants avec “la capacité de recueillir 6 tonnes d’eau en 12 secondes, en effleurant un plan d’eau sur 1 500 mètres”, le coût de leur maintenance est très élevé. Ce qui explique les autres propos du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, en Haute-Corse. “La flotte est aujourd’hui suffisante en France” mais doit “faire l’objet d’un entretien quand elle revient à terre”, a-t-il aussi précisé. Les Canadair CL 415 représentent à eux seuls plus de 60 % des coûts de maintenance de la flotte totale.

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photos / vidéos : secours expo 2018

Inauguration du salon en présence du Directeur Général de la Sécurité-Civile et de la Gestion de Crise :

Galerie photos :
Secours Expo 2018

Présentation de Vital e Code :

Présentation de la trousse I-TAK :

Présentation de VISOV :

Activation VISOV sur le stand de l’ENSOSP :

Remise de médailles CFS :

Démonstrations secours routier :



Démonstrations cynophiles :

> Pompiers de Paris (Recherche de personnes ensevelies)

> Croix blanche (RetEx Irma et démonstration de de recherche de victimes)

Démontration abri de secours Hutchinson :

Prise en charge d’une victime en arrêt cardiaque par ambulanciers Suisses + first responder :

Prise en charge d’un blessé par le CATSUF :

Paris : des véhicules électriques pour la police

Volkswagen a remporté l’appel d’offre de préfecture de police pour l’achat de véhicules électriques.

13 Volkswagen Golf électriques ont ainsi été livrées il y a quelques jours afin de commencer à renouveler le parc de véhicules thermiques vieillissant.

La police se conforme au souhait de la maire de Paris, Anne Hidalgo souhaite en effet réduire les véhicules thermiques dans la capitale.

 

Seine Maritime : Explosion sur un site industriel

 Ce samedi vers 11 heures, une explosion suivie d’un incendie se sont produits dans l’usine Saipol (production des huiles végétales raffinées pour l’alimentation humaine et animale, ainsi que du biodiesel) qui fait partie des installations soumisent à autorisation.

L’installation classée dépassant ce seuil d’activité doit, préalablement à sa mise en service, faire une demande d’autorisation avant toute mise en service, démontrant l’acceptabilité du risque. Le préfet peut autoriser ou refuser le fonctionnement. Dans l’affirmative, un arrêté préfectoral d’autorisation est élaboré au cas par cas.

L’explosion aurait été entendue dans une grande partie de l’agglomération de Dieppe.

Le site n’est pas classée SEVESO contrairement à se qu’affirment certains médias.

 Le  plan d’opération interne de l’établissement a été déclenché vers 11h20.

 Le bilan s’élève à 11 personnes impliquées dont 2 morts.

 40 sapeurs-pompiers, plusieurs équipages de police et du SAMU dont l’hélicoptère VIKING 76 (SAMU 76) basé au CHU de Rouen sont sur les lieux.

Le sous-préfet de Dieppe, Jehan-Eric WINCKLER a pris le rôle de directeur des opérations de secours, il coordonne les moyens de secours engagés en coordination avec le commandant des opérations de secours (responsable des pompiers sur l’intervention).
Le maire de Dieppe s’est également rendu sur place.

Une cellule d’urgence médico-psychologique vient d’être mise en place à l’hôpital de Dieppe et une salle municipale a été mise à disposition par la mairie pour accueillir les personnes évacuées.

A 14:45, la préfecture à indiquée que l’incendie était désormais maîtrisé.
Les causes précises de l’explosion sont inconnues pour l’Instant, on sait seulement qu’il s’agissait d’une opération de maintenance éfectuée par une société sous-traitante dans une zone ATEX (ATmospère EXplosive).

Le procureur de Dieppe devrait ouvrir une enquête après l’intervention des secours.