Pyrénées-Orientales : le pompier menacé par son employeur ne sera pas sanctionné

C’est une bonne nouvelle que nous avons appris vendredi dernier. En effet, Yannick Conegero, sous-officier de sapeurs-pompiers volontaires à Cerbère (Pyrénées-Orientales), ne sera pas sanctionné par sa hiérarchie. Il lui était reproché d’être arrivé en retard à son poste de travail, le 6 novembre dernier. Un retard qui n’a pas eu de mal à justifier, puisqu’il a été appelé à intervenir sur un feu de broussailles. Mais cette excuse n’aurait visiblement pas suffit à la direction locale FRET de la SNCF, qui l’a menacé de sanctions.

Après notre article et la reprise de notre information par nos confrères, Yannick Conegero a été entendu par sa direction basée à Clichy. « J’ai été entendu par ma direction, aucune sanction, ni blâme n’est retenue contre moi. On m’a fait monter, seulement pour m’expliquer la convention entre les sapeurs-pompiers et la SNCF » a-t-il précisé au collectif qui défend les intérêts des sapeurs-pompiers volontaires dans les Pyrénées-Orientales (66). La mobilisation a été totale, puisque l’union départementale des sapeurs-pompiers des Pyrénées-Orientales (UDSP 66), la fédération nationale (FNSPF) et le SDIS 66 se sont mobilisés, une fois informés du problème. Il aurait eu rapidement « l’assurance de la direction générale de la SNCF, qu’il ne serait pas sanctionné pour ce retard », précise Jean Garcia, président de l’UDSP 66.

Une résolution pour 2018

« Dorénavant, si cela devrait se reproduire, ma hiérarchie (pompier) devra faire le nécessaire pour me rapatrier sur mon lieu de travail, car cela peut avoir des conséquences économiques » ajoute Yannick Conegero, tout en estimant « qu’a contre sens, un feu peut aussi avoir des conséquences économiques, mais aussi et surtout humaine ».

Après beaucoup de stress, pour lui et son entourage en période de fêtes de fin d’année, il avoue compter intervenir moins souvent à des moments proches de ses horaires, afin que cette situation ne se reproduise plus. Dans un message, écrit pour la fin de la pétition signée par plus de 18’000 personnes, il remercie « tous les sapeurs-pompiers, les sympathisants, les agents SNCF, le collectif SPV 66, ainsi que les rédactions de Secours Info et de France bleu Roussillon.

Previous ArticleNext Article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto : Une camionnette fonce sur la foule

Vers 13H30 heure locale (19H30 heure française) à Toronto (Canada), une camionnette blanche de location a fauché des piétons sur plusieurs centaines de mètres.

Selon CNN, la police a interpellée le conducteur.

Le chef de la police de Toronto a annoncé un premier bilan de 9 morts et 16 blessés.
Selon l’hopital Sunnybrook, 5 victimes sont dans un état critique.

Le maire de Toronto, John Tory, exprime sa solidarité avec les victimes.

La police demande de contacter le 911 uniquement en cas d’urgence. Pour les appels non urgents contactez le 416-808-2222 .

Une enquête est en cours afin de définir si il s’agit d’un accident ou d’un acte volontaire. 

Le suspect a été inculpé pour meurtres avec préméditation et tentatives d’homicides.

John Tory remercie les primo-intervenants , les paramedics, les pompiers et les policiers qui sont intervenus.

Ain: Un gendarme perd sa jambe après avoir été percuté par un motard

Mercredi après midi, un motard de 19 ans a refusé de s’arrêter à un contrôle routier à Artemare en percutant un gendarme puisqu’il roulait sans permis ni assurance.

Face aux appels à témoins lancés par les forces de l’ordre, il s’est finalement rendu à la brigade de recherches de Belley pour reconnaitre son refus d’obtemperer.

Transporté dans un centre hospitalier, le gendarme percuté a dû être amputé de la jambe droite et il souffre d’une fracture à sa jambe gauche.

Le motard a ensuite été placé en garde à vue à la gendarmerie de Belley.

NDDL : une cinquantaine de gendarmes blessés en 5 jours

Ce vendredi, le premier ministre s’est rendu à St Étienne de Montluc près de Nantes afin d’apporter son soutien aux gendarmes blessés à Notre Dame des Landes cette semaine.

Il a indiqué qu’une cinquantaine de gendarmes ont été blessés lors des opérations d’expulsion et de démolition sur la ZAD.

Parmi les nombreux affrontements : 4 militaires ont été blessés par l’explosion d’une grenade, 10 autres ont été blessés dont 3 grièvement après avoir été pris en embuscade par les zadistes …

Les forces de l’ordre restent sur place jusqu’à la fin du déblaiement et jusqu’à la réouverture totale de l’ensemble des routes de la ZAD.