Le ministre de l’Intérieur annonce  une réorganisation des forces de l’ordre

Gerard Collomb, ministre de l’Intérieur, s’est exprimé sur BFM TV à propos de plusieurs pistes pour renforcer la sécurité nationale.

“Je pense qu’on a un problème de sécurité aujourd’hui qui est maximal. Tous les pays se posent le problème de leur organisation . […] Donc regarder notre organisation et essayer de la transformer pour qu’elle soit plus efficace, évidemment que c’est un problème qui se pose à tous les pays”, a-t-il insisté.

Une fusion des groupes d’intervention?

Le ministre de l’Intérieur n’a pas écarté la possibilité d’une fusion entre le GIGN et la FIPN (Force d’Intervention de la Police Nationale, BRI + RAID).

“L’organisation de la police dans notre pays elle date d’un ou deux siècles. Nous sommes dans une période de changement, donc rien n’est interdit”. Mais le ministre exclut une fusion totale entre la police et la gendarmerie.

“On a beaucoup progressé au court des dernières années et je vois, sur le terrain, qu’il y a une complémentarité qui est parfaite. Je pense que chacun peut garder ses propres traditions parce que l’organisation est totalement différente, mais en même temps il faut qu’il y ait une coordination qui soit totale. Il faut qu’il y ait une continuité entre l’action de la gendarmerie et l’action de la police”.

Le ministre a rappelé l’engagement du gouvernement pour créer 10 000 postes de policiers et gendarmes supplémentaires en 5ans.

Previous ArticleNext Article

Paris : des véhicules électriques pour la police

Volkswagen a remporté l’appel d’offre de préfecture de police pour l’achat de véhicules électriques.

13 Volkswagen Golf électriques ont ainsi été livrées il y a quelques jours afin de commencer à renouveler le parc de véhicules thermiques vieillissant.

La police se conforme au souhait de la maire de Paris, Anne Hidalgo souhaite en effet réduire les véhicules thermiques dans la capitale.

 

Seine Maritime : Explosion sur un site industriel

 Ce samedi vers 11 heures, une explosion suivie d’un incendie se sont produits dans l’usine Saipol (production des huiles végétales raffinées pour l’alimentation humaine et animale, ainsi que du biodiesel) qui fait partie des installations soumisent à autorisation.

L’installation classée dépassant ce seuil d’activité doit, préalablement à sa mise en service, faire une demande d’autorisation avant toute mise en service, démontrant l’acceptabilité du risque. Le préfet peut autoriser ou refuser le fonctionnement. Dans l’affirmative, un arrêté préfectoral d’autorisation est élaboré au cas par cas.

L’explosion aurait été entendue dans une grande partie de l’agglomération de Dieppe.

Le site n’est pas classée SEVESO contrairement à se qu’affirment certains médias.

 Le  plan d’opération interne de l’établissement a été déclenché vers 11h20.

 Le bilan s’élève à 11 personnes impliquées dont 2 morts.

 40 sapeurs-pompiers, plusieurs équipages de police et du SAMU dont l’hélicoptère VIKING 76 (SAMU 76) basé au CHU de Rouen sont sur les lieux.

Le sous-préfet de Dieppe, Jehan-Eric WINCKLER a pris le rôle de directeur des opérations de secours, il coordonne les moyens de secours engagés en coordination avec le commandant des opérations de secours (responsable des pompiers sur l’intervention).
Le maire de Dieppe s’est également rendu sur place.

Une cellule d’urgence médico-psychologique vient d’être mise en place à l’hôpital de Dieppe et une salle municipale a été mise à disposition par la mairie pour accueillir les personnes évacuées.

A 14:45, la préfecture à indiquée que l’incendie était désormais maîtrisé.
Les causes précises de l’explosion sont inconnues pour l’Instant, on sait seulement qu’il s’agissait d’une opération de maintenance éfectuée par une société sous-traitante dans une zone ATEX (ATmospère EXplosive).

Le procureur de Dieppe devrait ouvrir une enquête après l’intervention des secours.

 

Loire Atlantique : les pompiers se font dérober du matériel en intervention

Les sapeurs-pompiers de Nantes se sont fait voler du matériel ce dimanche pendant qu’ils intervenaient sur un accident de la route.

Le voleur est reparti avec un groupe hydraulique permettant de faire fonctionner  les cisailles, les écarteurs, les vérins …

L’individu de 43 ans a été interpellé puis placé en garde à vue par la police nationale.  Il devra répondre de ses actes devant un tribunal en octobre 2018.