Haute Loire (43) : Prison ferme pour avoir refusé un contrôle routier

Dimanche 5 mars vers 3 h 30, les gendarmes effectuaient des contrôles routiers entre Espaly et Polignac, lorsqu’un véhicule est passé devant eux à une vitesse élevée et avec les feux éteints. Le conducteur ayant refusé d’obtempérer est un homme âgé de 19 ans.
Après sommations, un militaire a fait usage de son arme de service à deux reprises en direction des pneus pour tenter d’intercepter le chauffard.

 

Les forces de l’ordre ont ensuite commencé une course poursuite et ils ont finalement réussi a immobiliser le véhicule en le percutant.
L’individu était ivre au moment de son interpellation, les analyses toxicologiques ont montrée un important taux de THC (cannabis) et il conduisait sans permis de conduire.

Selon l’avocat de la partie civile (représentant les gendarmes), c’est « une réelle mise en danger d’autrui ».

Il a été condamné à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis et 2 ans de mise à l’épreuve.
Mais comme l’individu était actuellement en sursis, sa peine de prison ferme va durer un an.

 

Previous ArticleNext Article

Sécurité civile : six nouveaux avions pour lutter contre les feux de forêt

Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a annoncé ce lundi matin, l’achat de six Bombardier Q400 supplémentaires dans leur version lutte incendies. Il avait annoncé cette intention l’été dernier, lors d’un déplacement en Corse.

Le gouvernement français vient de passer une commande auprès de Bombardier, pour six turbopropulseurs Q400 en version lutte incendie supplémentaires. Depuis 2005, la Sécurité civile en exploite déjà deux. Capable d’emporter 10 tonnes de produits retardant, les Bombardier Q400 MR servent aussi au transport de personnes (64 passagers) et de fret (9 tonnes).

1’800 km à une vitesse de 600 km/h

D’après un rapport d’information du Sénat, l’appareil est “capable de couvrir 1’800 km à une vitesse de 600 km/h, le Bombardier Q400 dispose d’une autonomie de trois heures de carburant. Ce qui lui donne la possibilité d’intervenir “dans 90 % des secteurs à risques méditérranéens”. L’appareil peut aussi couvrir “l’ensemble de la zone Sud-Ouest” puisqu’il peut relier Bordeaux en une heure (au lieu de deux heures pour le Canadair).

Reste la question de son utilisation en relief tourmenté. Si un relief “plus accidenté n’est pas le domaine normal d’évolution du Dash”, reconnaît le rapport du Sénat; l’appareil avec ses trois heures de carburant “peut intervenir dans le relief avec une limitation avant largage de 2,4 g en comptant trois interventions de 50 min chacune avant ravitaillement. A la première intervention, il pourra emporter 6 tonnes de retardant (soit environ 1 tonne de plus que le Fokker pour les mêmes conditions d’interventions en relief). A la seconde intervention, il pourra emporter 7 tonnes de retardant et 8 tonnes à la troisième”.

6 tonnes d’eau en 12 secondes

Si les Canadair CL 415 bombardiers d’eau restent des outils très performants avec “la capacité de recueillir 6 tonnes d’eau en 12 secondes, en effleurant un plan d’eau sur 1 500 mètres”, le coût de leur maintenance est très élevé. Ce qui explique les autres propos du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, en Haute-Corse. “La flotte est aujourd’hui suffisante en France” mais doit “faire l’objet d’un entretien quand elle revient à terre”, a-t-il aussi précisé. Les Canadair CL 415 représentent à eux seuls plus de 60 % des coûts de maintenance de la flotte totale.

Opération Barkhane : 3 militaires français blessés dans l’attaque de leur convoi

Ce vendredi, l’État-major des armées a annoncé l’attaque d’un convoi blindé français par un kamikaze entre Ménaka et Indelimane au Mali.

Un soldat de l’opération Barkhane est grièvement blessé, il va être rapatrié en France. Deux autres militaires sont légèrement blessés.

Lancée le 1er août 2014, cette opération militaire vise en priorité à lutter contre les groupes terroristes armés entre le Mali et le Tchad.

© Ministère des armées

Val de Marne : trois pompiers blessés dans un incendie

Ce mercredi matin vers 4:00 les sapeurs-pompiers de Paris ont été alerté pour un incendie dans un parking sous terrain de Choisy le Roi.

120 soldats du feu ont été mobilisé pendant 8H afin d’explorer 2 000 m2 répartis sur 2 niveaux.

Pendant cette intervention, un pompier a été victime d’un malaise cardiaque, il a rapidement été pris en charge par l’équipage d’une ambulance de réanimation des pompiers de Paris. Son pronostic vital n’est plus engagé.

Le Dr Patrick Hertgen, médecin colonel, vice-président de la fédération des sapeurs-pompiers de France chargé du secours à personnes et du service de santé, a ainsi rappelé l’importance du soutien opérationnel apporté par le service de santé et de secours médical.

Deux autres pompiers ont été légèrement blessés.