Les agressions contre les pompiers en forte hausse en 2016

D’après l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), l’an dernier les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers ont augmenté de 17,6%.

Insultes, crachats, violences contre les personnes ou dégradation du matériel… Chaque année, de nombreux pompiers sont pris à partie lors de leurs interventions ou au sein de leur caserne. D’après un rapport dévoilé ce mercredi par l’ONDRP, la tendance est même en forte hausse. En effet, l’an dernier, le nombre d’agressions déclarées a augmenté de 17,6% par rapport à l’année précédente : 2.280 pompiers se sont dits victimes d’une agression dans le cadre de leur métier en 2016, contre 1.939 en 2015.

En parallèle de l’augmentation des agressions déclarées, le nombre de jours d’arrêt de travail consécutif pour les victimes et le montant des dégradations ont eux aussi enregistré une hausse. En 2016, 1.613 journées d’arrêts ont été posées (+36,1% par rapport à 2015), et le coût des dégradations a lui bondi de 183,4% entre 2015 et 2016. Au cours de cette dernière année, 414 véhicules ont été touchés, pour un préjudice estimé à 283.442 euros.

La Nouvelle Aquitaine particulièrement touchée

D’après le rapport, de tels actes de violences sont déclarés dans toute la France, mais certaines régions sont plus touchées que d’autres: c’est en Nouvelle-Aquitaine que l’on compte le plus d’agressions, avec 406 cas en 2016. Viennent ensuite les Hauts-de-France, avec 366 cas, et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec 301 agressions en 2016. En quatrième position, la région Grand Est, avec 267 cas en 2016, puis l’Ile-de-France, avec 230 cas.

“On s’est tous déjà fait insulter au moins une fois”, témoigne ce mercredi Patrick, un pompier volontaire interrogé sur BFMTV. Il travaille à la caserne de Chanteloup-les-Vignes, dans le département des Yvelines, particulièrement touché en région parisienne.

Plus de 1.300 dépôts de plainte

“J’ai des collègues qui se sont pris des coups de poing. Un autre s’est déjà pris un cocktail Molotov. Moi je me suis pris des pierres sur le casque, ça a été extrêmement violent” – témoigne le pompier à nos confrères de BFMTV.

Parmi les victimes, dans tous le pays, 52,1% étaient pompiers professionnels. Au total, les agressions déclarées ont donné lieu à 1.337 dépôts de plainte, soit une procédure engagée par 58,6% des victimes. En 2015, ce taux était plus important: 65% des sapeurs pompiers agressés avaient choisi de déposer une plainte.

La gendarmerie du futur commence ce lundi

TECHNOLOGIES. D’ici le mois de décembre, la gendarmerie nationale va déployer près de 60’000 smartphones auprès de ses militaires. Néogend, cet outil hyperconnecté, devrait révolutionner le quotidien des gendarmes. Pour contrôler une personne et interroger leurs fichiers, quelques clics suffiront.

Selon nos confrères du Dauphiné, L’ère de la gendarmerie digitale est arrivée. Aussi, préparez-vous à voir du changement lors d’un prochain contrôle. Après la tablette dédiée à chaque unité, le smartphone Néogend débarque sur le terrain.

Après deux expérimentations menées dans le Nord en 2015 puis à l’échelle de la région Bourgogne en 2016, chaque gendarme va être doté de cette nouvelle « arme » numérique, qui prendra place à côté de son Sig Sauer Pro 2022, son arme de service.

« Le smartphone Néogend va changer fondamentalement la vie du gendarme, sa façon de travailler. Il s’agit d’un véritable bureau mobile », annonce le général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, cité par nos confrères du Dauphiné.

Déployé au cours de ce dernier trimestre, selon un plan formation, l’outil se veut simple et efficace, tout en renvoyant une image de modernité du gendarme.

Test à l’appui : « Lors d’un contrôle routier, le gendarme scanne avec son smartphone la bande MRZ (bande inférieure à lecture optique) de votre carte d’identité, de votre passeport, de votre titre de séjour. Quelques secondes suffisent pour interroger à distance les différents fichiers au lieu de 15 minutes hier», développe le lieutenant-colonel Mickaël Fumery de la mission numérique.

Ardennes : un gendarme grièvement blessé lors d’un exercice

Ce jeudi vers 16h30, un militaire du peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie à chuté lors d’un exercice dans une centrale nucléaire.

C’est à Chooz dans les Ardennes que l’accident s’est produit, le gendarme de 35ans a fait une chute d’une dizaine de mètres, il a été héliporté au centre hospitalier de Liège (Belgique), son pronostic vital est engagé.
La gendarmerie des Ardennes a ouvert une enquête.

Pompiers : “nous avons répondu à tous les besoins de l’été, mais c’est un miracle”

Nos confrères de Ouest-France ont interviewé le colonel Éric Faure, président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF).

Si pour l’un des représentants nationaux des pompiers français, les moyens accordés à la profession sont en baisse, la réponse opérationnelle a été assurée l’été dernier et « c’est un miracle » assure-t-il.

Feux de forêt, secours aux personnes… Comment s’est passé l’été ?

« Nous avons répondu à tous les besoins de l’été, mais c’est un miracle. Le système est de plus en plus en tension, parce que quatre pompiers sur cinq sont des volontaires » répond le colonel en pointant du doigt les effectifs professionnels qui commencent à diminuer. Même tendance pour le nombre de volontaires. « Nous avons atteint un plancher. Aujourd’hui, on compte 194 000 volontaires en France, c’est insuffisant. D’autant qu’on leur en demande toujours plus » précise-t-il à nos confrères.

Que faire, avec des budgets qui risquent d’aller en diminuant ?

« Il faut faire la photographie de l’existant pour dégager les solutions adaptées sur les deux ou trois années qui viennent. Et accepter de se rénover sans tabou » indique-t-il, sans cacher son souhait à ce que certaines opérations soit facturées.

Le Sdis 34 avait par ailleurs expliqué en juillet dernier, son intention d’économiser son personnel en le sollicitant que pour des interventions à caractère urgente et de facturer de plus en plus, toutes les opérations qui relèvent « du confort ».

« La facturation existe déjà dans tous les départements pour certains types d’intervention. C’est nécessaire lorsque les sapeurs-pompiers sont en dehors de leur mission, qu’il n’y a pas d’urgence vitale. Suppléer les carences de l’entreprise chargée de l’entretien d’un ascenseur, ce n’est pas une mission de pompiers, donc la facturation doit être là. Mais va-t-on faire payer une personne en difficulté dans la rue parce qu’elle se trouve en état d’ébriété ? S’il s’agit d’un sans-abri, qui va payer ? Celui qui appelle ? Attention à ne pas créer des systèmes lourds qui seraient ingérables. Et à ne pas changer l’esprit de notre modèle social » conclut-il, toujours à nos confrères de Ouest-France.

La vie des soldats de l’opération sentinelle au quotidien

SÉCURITÉ. 7’000 soldats sont mobilisés dans toute la France pour l’opération Sentinelle. Souvent sollicités, ils vivent loin de leur famille. Des épouses de soldats appellent d’ailleurs ce samedi à manifester pour protester contre les conditions de travail de leur conjoint.
Ce reportage est issu du journal télévisé de 20h du 24 août 2017 présenté par Julien Arnaud sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20h du 24/08/2017 des sujets sur l’actualité, des reportages en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des  Français.

Incendies criminels : un pompier confondu par ses collègues

Un sapeur-pompier volontaire âgé de 19 ans a été mis en examen et écroué à Epinal, dans les Vosges. Il est soupçonné d’avoir allumé au moins sept incendies sur des véhicules ou des immeubles, avant d’alerter ses collègues, selon une information délivrée par nos confrères de Vosges Matin et de l’AFP.

Devant les enquêteurs, le jeune pompier a partiellement reconnu les faits. Au moins six des sept incendies allumés entre le 17 avril et le 16 août dernier. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer.

Des collègues dans le doute

D’après l’AFP, le volontaire a été confondu par d’autres pompiers, tous interpellés par le fait que celui-ci se trouvait à chaque fois dans les environs des multiples départs de feu. En ce qui concerne le dernier sinistre qu’il nie avoir commis, il s’agirait de son propre appartement, où il résidait avec sa mère. Celui-ci a été entièrement détruit par les flammes. Il n’est d’ailleurs intervenu sur aucun des incendies qu’il est soupçonné d’avoir allumé.

“Le 11 août, le chef de centre a alerté les policiers. En interne, nous avons analysé l’ensemble de ces feux. Après notre intervention du 16 août à son domicile, il n’y avait plus de doute. Le 17 au matin, nous avons remis l’ensemble de nos documents aux services de police”, témoigne le directeur du Sdis 88 à nos confrères de Vosges Matin.

Déféré et présenté à une juge d’instruction

Interpellé et placé en garde à vue, le jeune pompier a été déféré au parquet, puis présenté à une juge d’instruction qui l’a mis en examen pour “dégradation volontaire ou destruction par incendie”.

Le délégué du procureur a requis la détention provisoire, “de façon à faire toute la lumière sur l’incendie du 16 août”, puisque celui-ci conteste être l’auteur de cet incendie. “Il y a trop de contradictions dans sa déclaration et dans ce que peuvent dire d’autres témoins. Et le vrai sujet est le risque de récidive”, précise le délégué du procureur à nos confrères. Il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Epinal.

Moselle (57) : Course poursuite à plus de 138 km/h, un ado au volant

C’est ce lundi que les gendarmes de la compagnie de Thionville sont tombés sur ce très jeune “chauffard”.

Alors qu’ils effectuaient un contrôle vitesse sur la RN52 limitée à 90 km/h, ils relèvent la vitesse de 138 km/h à un Audi Q7.

Tentant de le contrôler, celui-ci refuse de s’arrêter et une course poursuite s’engage.

Les militaires font usage de leur herse “STOP STICK” qui parvient à dégonfler les roues du véhicules, en vain celui ci continue sa course à vive allure sur la départementale et dans les rues de la ville.

Coincé dans une ruelle de Mondelange, il n’hésite pas à foncer dans le véhicule des gendarmes qui recule de 5 mètres sous la violence du choc et vient s’écraser sur un mur. Mais c’est fini, impossible de fuir.

Au volant du puissant véhicule, les gendarmes découvrent un mineur âgé de 14 ans.

Sans casier judiciaire, il voulait à tout prix échapper aux gendarmes parce qu’il avait emprunté la voiture de ses parents, partis travailler au Luxembourg. 

Mis en examen, il sera convoqué devant le juge des enfants.

Deux militaires légèrement blessés se sont vu prescrire des jours d’ITT.

L’équipe Secours Info souhaite un prompt rétablissement aux militaires blessés durant cette intervention 

Mulhouse (67) : Un policier mortellement blessé par le tir d’un collègue

Un policier travaillant à la brigade des stupéfiants du commissariat central de Mulhouse à trouvé la mort cet après-midi

C’est vers 15h20 qu’un dramatique accident avec une arme à feu a eu lieu au premier étage de l’hôtel de police.

Un fonctionnaire âgé d’une trentaine d’années a perdu la vie après avoir reçu une balle venant d’un tir accidentel d’un collègue se trouvant dans son bureau

Les pompiers dont la caserne est située à 200 mètres sont rapidement intervenus pour tenter de ranimer la victime, en vain. Le collègue en état de choc a été entendu et pris en charge.

Le procureur de la République s’est rendu sur les lieux.

L’IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale) a été saisie et devrait se rendre sur les lieux dès demain.

Toute l’équipe Secours Info présente ces plus sincères condoléances à l’ensemble des collègues et des proches de ce policier.

Hommage national au policier tué sur les Champs-Elysées ce mardi

Un hommage national sera rendu ce mardi 25 avril à 11 heures au policier Xavier Jugelé, 37 ans, tué le 20 avril à Paris lors d’une attaque terroriste.

De 2005 à 2010, Xavier Jugelé avait servi en qualité de gendarme adjoint volontaire au peloton de surveillance et d’intervention gendarmerie de Saint-Jean-d’Angély (17).

Il était membre de la 32e compagnie de direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris.

Il a été élevé à titre posthume au rang de capitaine et fait chevalier de la Légion d’honneur. Les deux gardiens de la paix blessés lors de l’attaque ont été nommés chevaliers de l’ordre national du Mérite.

Un registre des condoléances ainsi qu’une cagnotte ont été mit en place par la préfecture de police et par les collègues de Xavier.

Si vous souhaitez signer le registre des condoléances, cliquer ici.

Si vous souhaitez participer à la cagnotte, cliquer ici.

L’ensemble de l’équipe Secours Info présente une fois de plus ces plus sincères condoléances à l’ensemble des forces de l’ordre, aux collègues, aux proches et à la famille de Xavier.

ALERTE ENLÈVEMENT

Vicente, 5 ans et demi, 1 mètre environ, cheveux châtain courts, yeux marron, porteur de lunettes de vue, vêtu d’un haut de pyjama avec logo “CARS” et d’un caleçon bleu a été enlevé le 29 mars 2017 à Clermont-Ferrand par son père Jason LOPEZ, individu de type méditerranéen, yeux marron, cheveux courts noir et porteur d’une barbe courte.

Ils circuleraient dans un véhicule BMW ou MERCEDES de couleur noire dont l’immatriculation débuterait par les lettres VP ou VB (immatriculation nouvelle) et comportant en fin de plaque les chiffres 63 du département du Puy-de-Dôme.

Si vous localisez l’enfant ou le suspect, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 197 ou envoyez un courriel à alerte.enlevement@interieur.gouv.fr