Savoie : accident mortel entre une voiture et un véhicule gendarmerie

Un accident s’est produit  la nuit dernière, entre une voiture et un véhicule de gendarmerie, qui circulaient sur la commune de Chignin, en Savoie. Dans la violence du choc, un passager de la voiture est décédé.

L’accident mortel est survenu la nuit dernière peu après 1 heure, entre une voiture et un véhicule de la gendarmerie à Chignin, sur la route départementale entre Chambéry et Montmélian, rapportent nos confrères de France Bleu Pays de Savoie.

Le passager de la voiture est décédé et les trois autres occupants ont été blessés. Les gendarmes eux sont indemnes. Pour l’instant, nous ne connaissons pas les circonstances de cet accident.

Paris : un individu lance des cocktails molotov sur la foule

D’après nos confrères de BFMTV, un individu a été interpellé ce vendredi soir peu après 20 heures à Paris, à proximité du métro Barbés (XVIIIème arrondissement).

Fort heureusement, l’homme qui jetait des cocktails molotov sur la foule n’a blessé personne.

Formation commune entre la gendarmerie et la guardia civil

Mercredi 23 août, un arrangement administratif sur l’approfondissement de la coopération franco-espagnole à été signé entre la gendarmerie nationale et la guardia civil.

Les deux forces de sécurité ont créées une formation commune d’une durée de neuf mois.

120 gendarmes formés en Espagne

De début octobre à fin juin, 120 élèves-gendarmes français rejoindront ceux de la guardia à Valdemoro (Espagne) afin de suivre la même formation. Au programme 900 heures de cours partagés, dont 250 heures de cours de langue.

 

Un syndicat de police estime que cette formation coûtant 1.5 millions d’euros est démesurée.

Si ce projet est une réussite, de nouveaux partenariats pourront être organisés avec d’autres forces de sécurité européennes

Marins-pompiers de Marseille : une nouvelle campagne pour le recrutement

Le Bataillon de marins-pompiers de Marseille a commencé une nouvelle campagne de recrutement. La visibilité est au rendez-vous, puisque celle-ci est visible devant toutes les casernes. L’objectif du bataillon est clair, augmenter ses effectifs en personnel.

Tout comme chaque année, le bataillon organise plusieurs journées de recrutement, pendant lesquelles, la condition physique et l’aptitude psychologique des candidats issus de toutes les régions sont mises à l’épreuve.

Le recrutement 

Pour avoir la possibilité de faire partie des rangs de cette unité de la marine nationale, il faut passer par une série d’entretiens et de tests. Il faut néanmoins remplir des conditions particulières ; être de nationalité française, jouir de ses droits civiques, être de bonne moralité, avoir effectué la journée défense et citoyenneté (JDC), être âgé au moins de 18 ans et au plus de 26 ans, avoir un niveau scolaire de 3ᵉ à BAC +3, être titulaire du permis B.

Et bien sûr, qui dit “être marin”, dit savoir nager. C’est primordiale. Le recrutement ce fait auprès du Cirfa -centre d’information et de recrutement des forces armées- le plus proche de votre commune ou directement au bureau de recrutement du bataillon des marins-pompiers de Marseille.

Les tests

Après avoir rempli toutes les conditions, les candidats passent plusieurs entretiens de motivation, une visite médicale, un entretien avec un psychologue, des tests psychotechniques et des tests sportifs. Toutes les infos et les barèmes, sur le site du BMPM.

 

Un policier sauve une personne de la noyade à Triel-sur-Seine

Marvin, un fonctionnaire de la police nationale de 26 ans, s’est jeté sans hésiter dans le fleuve la Seine pour venir en aide à une femme qui tentait de mettre fin à ses jours. Celle-ci à été finalement sortie des eaux par un plongeur des sapeurs-pompiers.

Les faits 

Il était environ 19 heures ce mercredi, sur les quais Aristide Briand à Triel-sur-Seine, dans les Yvelines, quand des témoins aperçoivent une femme d’une quarantaine d’années ce jeter dans la Seine et s’y laisser emporter.

Le policier de Triel-sur-Seine alerté des faits a plongé immédiatement dès sont arrivée sur les lieux dans une patrouille de police-secours.

“Elle se trouvait à environ 300 mètres de l’endroit où j’ai plongé. On ne voyais que sa tête dépasser. Le problème, c’était les algues qui m’empêchaient d’avancer. J’ai dû nager un peu sur le dos au début”, raconte le fonctionnaire à nos collègues du journal ” Le Parisien”.

Tandis que Marvin est en train de secourir la victime, ses collègues le suivent sur la rive pour garder un contact visuel en attendant les plongeurs des sapeurs-pompiers.

L’arrivée des plongeurs

Le plongeur, le sergent-chef Matthieu, prend le relais du policier. Équipé d’une combinaison idoine, ce dernier ramène sans difficulté la victime sur la rive, où la femme confiera avoir bu de l’alcool mélangé à des médicaments. Victime d’une légère hypothermie, elle a été transportée à l’hôpital de Poissy.

Remerciement

Dès sa sortie d’hôpital, la quadragénaire s’est présentée au commissariat où travaille Marvin, pour le remercier. “Ce n’est pas tous les jours qu’on nous remercie pour notre travail: ça fait toujours plaisir. J’étais surtout heureux de voir qu’elle était dans un autre état d’esprit, prête à prendre un nouveau départ.”

 

Pompiers de l’Hérault : une campagne pour “plus de reconnaissance”

COMMUNICATION. Les sapeurs-pompiers de l’Hérault ont dévoilé leur nouvelle campagne de communication en juillet dernier et depuis quelques jours, celle-ci ne manque pas de visibilité. L’objectif des pompiers est d’avoir plus de reconnaissance du grand public.

Le Sdis 34 semble s’installer progressivement dans une nouvelle dynamique. Nouveau directeur, nouvelle organisation interne, plusieurs milliers d’euros d’investissements pour la sécurité et une toute nouvelle stratégie de communication, pensée gracieusement par l’agence « La Chamade », une boîte basée à Mauguio, dans l’Hérault.

Nouvelle signature

« SP – Les sapeurS-Pompiers de l’Hérault, toujours là quand il faut ! », c’est le nouveau slogan qui accompagne désormais toutes les campagnes du Sdis 34 et qui est diffusé sur des panneaux publicitaires qui bordent les routes de l’Hérault. On peut notamment lire ToujourS-Présents, avec le S et le P de sapeurs-pompiers en rouge majuscule.

Toujours présents, toujours partants ou encore toujours proches, ce sont les trois messages forts que souhaitent faire passer les « soldats du feu » d’ici, en partenariat avec le conseil départemental de l’Hérault. Des messages qui ressemblent à des devises.

Apposés sur des magnifiques images de Thierry Pons, photographe et sapeur-pompier volontaire au Sdis de l’Hérault, la campagne déclinée en trois visuels présente une allure simple, mais percutante.

Les influenceurs sollicités

Pour faire passer les messages, rien de mieux que des journalistes convaincus et des médias de la partie, ont assuré les deux responsables de « la Chamade ». Les sapeurs-pompiers lancent un appel, « aujourd’hui et pendant toute l’année, nous avons besoin des journaux, de magazines, de sites Internet et Web, de blogs, de radios, de TV et des réseaux d’affichage, afin de relayer et d’amplifier ces messages ».

Bertrand Fassio, le directeur général du groupe Média Métropolitain -7Officiel, e-metropolitain.fr, Métropolitain Mag’, les magazines Mandarin et Addict-, a déjà mis à disposition du Sdis de l’Hérault des encarts publicitaires plusieurs fois par mois, afin de l’accompagner dans sa nouvelle stratégie tout feu, tout flamme.

Loiret : un homme armé tué par la police, l’IGPN saisie

La scène a été enregistrée avant d’être relayée en masse sur les réseaux sociaux. D’après l’AFP, un individu qui était “connu pour des troubles psychiatriques”, a été tué par balles samedi alors qu’il tentait de prendre la fuite à bord de son véhicule. Les faits se sont déroulés à Châlette-sur-Loing, une commune à l’est d’Orléans (Loiret).

Connu des services de police pour homicide volontaire, les agents avaient été alerté par des témoins de son “comportement menaçant” en centre-ville.

Une quinzaine de tirs

Sur des vidéos tournées par des habitants, on voit les fonctionnaires de police tenter de raisonner l’homme, enfermé dans son véhicule, puis essayer de casser les vitres à coups de matraques. Le forcené a fait plusieurs marches arrière et avant, percutant un véhicule policier, avant d’essayer de s’enfuir. Alors qu’il a réussi à se dégager, on en entend les fonctionnaires faire usage de leur arme à plus d’une quinzaine de reprises en direction du véhicule.

Une nouvelle arme pour les djihadistes ?

TERRORISME. S’attaquer au réseau ferroviaire d’Europe et des États-Unis, c’est l’invitation lancée par Al-Qaïda à ses membres, dans le dernier numéro de son “magazine”, rapportent nos confères de LePoint.fr.

Quelques jours seulement après le double attentat en Espagne, place à un nouveau mode opératoire : faire dérailler des trains. L’organisation fondée par Ben Laden encourage ses adeptes à créer la terreur en provoquant des accidents, sur les voies ferrées en Europe, mais aussi aux États-Unis.

“Facile à concevoir”

Selon Le Point, le journal fournit même le “mode d’emploi” de l’outil capable de les aider dans leur projet. “Facile à concevoir et pratique pour masquer vos traces après l’opération”, mentionne-t-il.

La cible ferroviaire n’est pas nouvelle puisqu’en 2004 à Madrid, les terroristes ont placé une dizaine d’engins explosifs dissimulés dans des sacs à dos à bord de wagons. L’attentat avait fait 191 morts.

Incendies criminels : un pompier confondu par ses collègues

Un sapeur-pompier volontaire âgé de 19 ans a été mis en examen et écroué à Epinal, dans les Vosges. Il est soupçonné d’avoir allumé au moins sept incendies sur des véhicules ou des immeubles, avant d’alerter ses collègues, selon une information délivrée par nos confrères de Vosges Matin et de l’AFP.

Devant les enquêteurs, le jeune pompier a partiellement reconnu les faits. Au moins six des sept incendies allumés entre le 17 avril et le 16 août dernier. Fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer.

Des collègues dans le doute

D’après l’AFP, le volontaire a été confondu par d’autres pompiers, tous interpellés par le fait que celui-ci se trouvait à chaque fois dans les environs des multiples départs de feu. En ce qui concerne le dernier sinistre qu’il nie avoir commis, il s’agirait de son propre appartement, où il résidait avec sa mère. Celui-ci a été entièrement détruit par les flammes. Il n’est d’ailleurs intervenu sur aucun des incendies qu’il est soupçonné d’avoir allumé.

“Le 11 août, le chef de centre a alerté les policiers. En interne, nous avons analysé l’ensemble de ces feux. Après notre intervention du 16 août à son domicile, il n’y avait plus de doute. Le 17 au matin, nous avons remis l’ensemble de nos documents aux services de police”, témoigne le directeur du Sdis 88 à nos confrères de Vosges Matin.

Déféré et présenté à une juge d’instruction

Interpellé et placé en garde à vue, le jeune pompier a été déféré au parquet, puis présenté à une juge d’instruction qui l’a mis en examen pour “dégradation volontaire ou destruction par incendie”.

Le délégué du procureur a requis la détention provisoire, “de façon à faire toute la lumière sur l’incendie du 16 août”, puisque celui-ci conteste être l’auteur de cet incendie. “Il y a trop de contradictions dans sa déclaration et dans ce que peuvent dire d’autres témoins. Et le vrai sujet est le risque de récidive”, précise le délégué du procureur à nos confrères. Il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Epinal.

Seine et Marne (77) : Un véhicule percute volontairement la terrasse d’une pizzeria

Une voiture est entrée volontairement dans une pizzeria de Sept-Sorts dans le nord de  la Seine et Marne. Une adolescente de 12 ans a été tuée, il y a également 5 blessés en urgences absolues dont un enfant de 3 ans qui a été héliporté vers l’hopital Necker et 8 blessés en urgences relatives.