Les radars autonomes peuvent maintenant relever une infraction d’excès de vitesse dans un virage

En 2016, selon l’Observatoire national de la sécurité routière (ONISR) près de 500 automobilistes (497) et 160 motards ont perdu la vie dans un virage. Les causes de ces accidents routiers sont multiples (collision avec un véhicule circulant dans le sens opposé, sorties de route) mais toujours aggravés par une vitesse excessive ou inadaptée.

Jusqu’à présent les contrôles de vitesse par radars fixes n’étaient techniquement possibles que sur une ligne droite. La nouvelle technologie des radars autonomes permet le contrôle de la vitesse d’un véhicule en mouvement dans une courbe. Cette nouvelle fonctionnalité a été homologuée par le laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) le 25 juillet dernier.

Les radars autonomes (au nombre de 248) vont donc pouvoir être aussi déployés sur des routes sinueuses, notamment en montagne, afin de sécuriser les enchaînements de virages et les zones difficiles d’accès.

Pour mémoire, ils sont tous précédés d’un panneau informatif annonçant la possibilité de contrôles.

Pour assurer la sécurité des participants à ce grand rassemblement, les tout premiers radars autonomes de ce type avaient été placés sur deux routes d’accès au circuit Paul Ricard (83) pendant l’épreuve motocycliste du Bol d’Or. Les deux-roues motorisés sont particulièrement exposés au risque dans les virages : un motard sur deux impliqué dans un accident mortel était en vitesse excessive. Selon l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, près d’une chute mortelle sur deux à motocyclette (43%) a lieu dans une courbe. Depuis le début de l’année, 59 motocyclistes en plus sont décédés, comparé aux huit premiers mois de l’année 2016.

Pompiers : un collectif de volontaires invité à la réunion nationale de la CGT des SDIS

Pour la première fois en France, un collectif de pompiers volontaires –le collectif CGT SPV des Pyrénées-Orientales– est invité à la grande réunion annuelle, de toutes les CGT des SDIS. “C’est une première, ça ne s’est jamais produit” se félicite un membre du bureau. Une invitation à laquelle répondra présent l’adjudant Frédéric Nussbaum, secrétaire général du collectif et pompier volontaire depuis 18 ans, afin de “pouvoir convaincre de l’utilité au sein des autres départements d’un collectif pour les SPV”.

Le collectif CGT SPV 66 a été créé fin 2016. Premier syndicat national de cette orientation dans les Pyrénées-Orientales, il regroupe des femmes et des hommes, du sapeur à l’officier.

“Nous sommes fiers d’être sapeurs-pompiers volontaires, de respecter les règles, d’effectuer avec dévouement nos missions et de travailler avec nos amis sapeurs-pompiers professionnels” – adjudant Frédéric Nussbaum, secrétaire général du collectif.

78% des pompiers sont volontaires

En France, la majorité des pompiers sont des volontaires. Selon les chiffres de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France -FNSPF-, 78% sont des volontaires, 17% sont des professionnels et seulement 5% sont des militaires.

“Nous ne souhaitons plus et ne pouvons tolérer la fragilité de notre statut qui conduit certains d’entre nous à être rabaissés, “placardisés” ou faire dormir nos collègues pompiers volontaires dans des casernes insalubres, comme celle de Mont-Louis en autre. Grace à notre intervention, nos collègues de la côte Vermeille ont aménagé dans une caserne convenable. Ceux du Barcarès vont aménager ce mois-ci, dans un bâtiment modulaire, en attendant le début de la construction d’une nouvelle caserne”  adjudant Frédéric Nussbaum.

Dans une lettre récemment diffusée sur les réseaux sociaux, le collectif dénonçait “que certains chefs de centre du SDIS des Pyrénées-Orientales” s’opposeraient “à l’affichage de la lettre d’information syndicale”, tout en rappelant l’article d’un décret datant du 3 avril 1985 qui stipule “les organisations syndicales déclarées … peuvent afficher toute information d’origine syndicale sur des panneaux réservés à cet usage en nombre suffisant et de dimensions convenables et aménagés de façon à assurer la conservation des documents”.

Une bonne entente entre professionnels et volontaires

“Contrairement à d’autres départements, dans les Pyrénées-Orientales, les CGT des professionnels et des volontaires s’entendent très bien” indique à notre rédaction l’adjudant Frédéric Nussbaum, tout en rappelant que la grande majorité des professionnels disposent d’un double statut (professionnel et volontaire).

Marseille : attaque au couteau à la gare Saint-Charles

Vers 14 H, un homme d’origine nord-africaine a été abattu par les militaires de l’opération sentinelle dans la gare St Charles après avoir attaqué plusieurs passants au couteau.

Selon une source policière, cette acte est qualifié d’ “attaque terroriste”.

D’après un bilan provisoire de la préfecture, cette attaque a fait au moins 3 morts dont l’assaillant.
Une femme a été égorgée eu une autre poignardée par l’agresseur.

Le parquet antiterrorisme est saisi.

Amiens : Plan ORSEC NoVi déclenché suite à l’effondrement de la barrière d’une tribune

Le match de ligue 1 Amiens-Lille a été interrompu à la 16 ème minute suite à un grave accident ce samedi soir.

Une barrière de la tribune visiteurs du stade d’Amiens s’est écroulée, ce qui à provoqué la chute de 2 mètres pour plusieurs dizaines de supporteurs.

29 personnes ont été blessées, plusieurs victimes ont été transportées au CHRU d’Amiens dont 5 urgences absolues.

Le plan ORSEC (Organition de la Réponse de SÉcurité Civile) annexe Novi (Nombreuses Victimes) a été déclenché pour coordonner les secours et la prise en charge des victimes.

Les secouristes associatifs, les sapeurs-pompiers, les CRS et les policiers sont arrivés rapidement  afin de prodiguer les premiers  secours.

Le match a définitivement été arrêté par le délégué de la ligue après consultations des deux clubs mais pourrait se jouer à huis clos dimanche.

Le procureur d’Amiens annonce l’ouverture d’une enquête de flagrance pour “blessures involontaires”

 

Côtes d’Armor : Les syndicats de sapeurs-pompiers inquiets par la baisse des effectifs nocturnes

Face au manque de sapeurs-pompiers volontaires, un projet de réorganisation des effectifs opérationnels prévoit une réduction du nombre de pompiers de garde et d’astreinte dans plusieurs centres d’incendie et de secours entre 22 h et 7 h du matin.

Le syndicat CGT du SDIS 22 estime que “la direction en profite pour faire des économies” et redoute une dégradation de service.

Le colonel S. Morin, directeur départemental, assure qu’il n’est pas question de réduire le nombre de sapeurs-pompiers (professionnels et volontaires) dans le département.

La réorganisation devrait être présentée au conseil d’administration du SDIS vendredi 6 octobre.

Calvados : un pompier décède dans un accident de la route

Samedi 23 septembre dans la soirée, un sapeur-pompier volontaire en repos a perdu la vie dans un accident de la circulation dans le Calvados.

Sébastien H., agé de 43ans et père de 5 enfants, roulait en moto lorsqu’il à été mortellement percuté par un automobiliste à une intersection.

L’union départementale des sapeurs-pompiers du Calvados va organiser une cérémonie afin de lui rendre hommage.

L’équipe secours info adresse ses condoléances à ses proches

 

Défense : un soldat de l’opération Chammal décède au combat

Ce samedi soir, l’Élysée a publiée un communiqué anonçant le décès d’un militaire français en opération extérieure. Cet adjudant du 13eme régiment de dragons parachutistes (forces spéciales) a été tué par l’Etat islamique dans la zone de combats Irako-Syrienne.

Le président de la République salue “le sacrifice” de ce soldat et exprime “sa confiance et sa fierté aux militaires français”. La ministre des armées exprime “son émotion et sa tristesse”. C’est le premier soldat français de l’opération Chammal qui périt sous les balles de Daesh. L’équipe de Secours Info adresse ses condoléances à ses proches.

Ardennes : un gendarme grièvement blessé lors d’un exercice

Ce jeudi vers 16h30, un militaire du peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie à chuté lors d’un exercice dans une centrale nucléaire.

C’est à Chooz dans les Ardennes que l’accident s’est produit, le gendarme de 35ans a fait une chute d’une dizaine de mètres, il a été héliporté au centre hospitalier de Liège (Belgique), son pronostic vital est engagé.
La gendarmerie des Ardennes a ouvert une enquête.

Grenoble : les véhicules de la gendarmerie incendiés

Ce jeudi vers 3 h 30, un incendie criminel a détruit un entrepôt abritant une cinquantaine de véhicules de gendarmerie à la brigade de Grenoble, la préfecture à confirmé l’info sur BFMTV. Un gendarme a été «légèrement intoxiqué» en tentant d’intervenir, il a été transporté au CHU de Grenoble mais ses jours ne sont pas en danger.

L’incendie a mobilisé une cinquantaine de pompiers qui sont venu à bout des flammes vers 6 h 45. Les gendarmes ont ensuite constaté que la clôture de la caserne avait été coupée.

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, est «consterné et indigné» et il dénonce «un acte particulièrement grave». Il garantit que «toutes les dispositions étaient prises pour que les véhicules et le matériel soit remplacés sans délai» et «que les unités touchées par ces destructions soient en mesure de remplir leur mission». L’enquête est menée par la section de recherches de Grenoble.