Eure : Un pompier agressé lors d’un incendie

Mercredi 15 mars, un pompier s’est fait agresser en intervenant sur l’incendie d’un pavillon à Saint-Pierre-du-Val.

Les pompiers de la caserne de Beuzeville ont été déclenché sur l’intervention par le centre de traitement d’alerte dès la réception de la demande de secours.

Le chef du centre de secours faisait parti de l’équipage, il a violemment été pris à partie par le fils des propriétaires de la l’habitation en flammes. Le jeune individu aurait reproché aux secours d’être arrivé tardivement.

Le pompier a aussitôt été emmené à l’hôpital où il s’est vu remettre cinq jours d’interruption temporaire de travail et il a déposé plainte contre son agresseur auprès des gendarmes de la brigade de Pont-Audemer.

Les soldats du feu ont lutté une grosse partie l’après-midi pour venir à bout du feu qui a complètement détruit la maison.

 

Fusillade dans un lycée d’Alpes-Maritimes

Un homme armé s’est introduit dans le lycée général et technologique Tocqueville de Grasse.

D’après les premières informations, le proviseur et sept autres personnes serait blessées.

L’application Système d’Alerte et d’Information des Populations a lancée une alerte de danger immédiat dans la région et le RAID de l’antenne de Nice s’est rendu sur place.

Le tireur de 17ans a été arrêté par les forces de l’ordre.
L’individu interpellé était armé d’un fusil de chasse, d’armes de poings et de grenades à plâtre.

L’équipe VISOV vient d’être activée à la demande du centre opérationnel de gestion interministerielle de crises.

 

 



15H06 Fin d’activation VISOV et fin d’alerte attentat sur l’application SAIP 

Explosion d’une enveloppe piégée à Paris

Une enveloppe piégée a explosé et fait un blessé au Fonds monétaire international (FMI) ; 66 avenue d’Iéna, Paris 16e

François Hollande a réagi à cette attaque « Nous sommes face à un attentat lorsqu’il s’agit d’un colis piégé ».

L’état d’urgence maintenu jusqu’au 14 juillet

SÉCURITÉ. Le président de la République François Hollande a indiqué lors de son déplacement ce jeudi matin à Hyères, dans le Var, que l’état d’urgence sera maintenu jusqu’au 14 juillet, en raison de la menace terroriste qui perdure. « Il y aura suffisamment d’événements d’ici là pour rester vigilants. Ce n’est pas une question de conditions réunies ou pas », a-t-il précisé à nos confrères de La Provence.

Cet été, François Hollande aura quitté ses fonctions. C’est son successeur élu en avril prochain qui tranchera sur le maintien ou non de l’état d’urgence, après le 14 juillet.