Gers : refusé comme pompier, il allume 21 feux !

JUSTICE.  Entre le 19 juin et le 30 août deniers, plusieurs incendies d’origines suspectes ont éclaté dans le Gers, à Lavardens, Montestruc, Fleurance, Préchac et Réjaumont. Presque à chaque fois, il s’agissait de feux de chaume et de broussailles, mais parfois les flammes ont calciné des stocks de bottes de paille et un camion. 8 incendies criminelle pour un préjudice de 22’000 €.

Enquête 

Ce sont les gendarmes de Vic-Fezensac qui ont été chargés de l’enquête, qui vient de porter ses fruits : un suspect, domicilié dans un rayon proche des départs de feu a été confondu : il a d’abord été repéré par la cellule d’identification criminelle, du N’Tech (les cyberenquêteurs de la gendarmerie) et de la brigade de recherches d’Auch.

Le pyromane présumé âgé de 37 ans a été arrêté dimanche matin à son domicile et placé en garde à vue.

Il appelait le 18 !

Son mode opératoire ne variait guère : il empruntait avec son véhicule de petites routes, peu fréquentées, avant de s’arrêter et d’enflammer des herbes sèches avec un briquet.

Perfectionniste, le pyromane revenait s’assurer que le feu avait bien pris et souvent appelait lui-même les pompiers, en appelant le 18 ! 

Il a avoué avoir allumé les 8 feux de l’été, mais, a spontanément reconnu être l’auteur de 12 autres incendies depuis 2015. 

Ivresse

En garde à vue, il a expliqué avoir volontairement allumer 21 feux sous le coup de pulsions, alors qu’il était fortement alcoolisé.

Selon lui, sa pyromanie serait liée à sa frustration de n’avoir jamais pu intégrer le corps des sapeurs-pompiers et cela depuis son plus jeune âge. Ses demandes d’intégrer  comme sapeur-pompier volontaire une caserne du Sdis 32 ont toutes été refusées…

Le trentenaire a été remis en liberté provisoire lundi, jusqu’à son procès devant le tribunal correctionnel d’Auch, à une date qui n’a pas été fixée. 

Previous ArticleNext Article

New-York : Un incendie mobilise plus de 300 pompiers

Ce vendredi, à 15 heures (heure locale), un incendie s’est déclaré à l’intérieur d’un immeuble de 6 étages dans le quartier de Hamilton Heights à  New-York City.

L’incendie a commencé dans un petit appartement d’angle au dernier étage avant de se propager à 41 appartements, aidé par un vent à 40Km/h.

Le niveau de l’intervention est rapidement monté à 6 alarmes.

Plus de 300 pompiers du célèbre Fire Department New-York ont été mobilisés afin de venir à bout des flammes.

Quatre pompiers et un civil sont atteints de blessures non mortelles.

A 17 heures, le feu n’était toujours pas sous contrôle, la toiture et les combles  se sont effondrées.

La police a fermée la circulation autour de quelques blocs entourant le bâtiment en feu. 

Vidéo: l’équipage de Ladder 47 (Échelle 47) sauve un chien de l’incendie.

©FDNY

Les agressions contre les pompiers en forte hausse en 2016

D’après l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), l’an dernier les agressions déclarées par les sapeurs-pompiers ont augmenté de 17,6%.

Insultes, crachats, violences contre les personnes ou dégradation du matériel… Chaque année, de nombreux pompiers sont pris à partie lors de leurs interventions ou au sein de leur caserne. D’après un rapport dévoilé ce mercredi par l’ONDRP, la tendance est même en forte hausse. En effet, l’an dernier, le nombre d’agressions déclarées a augmenté de 17,6% par rapport à l’année précédente : 2.280 pompiers se sont dits victimes d’une agression dans le cadre de leur métier en 2016, contre 1.939 en 2015.

En parallèle de l’augmentation des agressions déclarées, le nombre de jours d’arrêt de travail consécutif pour les victimes et le montant des dégradations ont eux aussi enregistré une hausse. En 2016, 1.613 journées d’arrêts ont été posées (+36,1% par rapport à 2015), et le coût des dégradations a lui bondi de 183,4% entre 2015 et 2016. Au cours de cette dernière année, 414 véhicules ont été touchés, pour un préjudice estimé à 283.442 euros.

La Nouvelle Aquitaine particulièrement touchée

D’après le rapport, de tels actes de violences sont déclarés dans toute la France, mais certaines régions sont plus touchées que d’autres: c’est en Nouvelle-Aquitaine que l’on compte le plus d’agressions, avec 406 cas en 2016. Viennent ensuite les Hauts-de-France, avec 366 cas, et l’Auvergne-Rhône-Alpes, avec 301 agressions en 2016. En quatrième position, la région Grand Est, avec 267 cas en 2016, puis l’Ile-de-France, avec 230 cas.

“On s’est tous déjà fait insulter au moins une fois”, témoigne ce mercredi Patrick, un pompier volontaire interrogé sur BFMTV. Il travaille à la caserne de Chanteloup-les-Vignes, dans le département des Yvelines, particulièrement touché en région parisienne.

Plus de 1.300 dépôts de plainte

“J’ai des collègues qui se sont pris des coups de poing. Un autre s’est déjà pris un cocktail Molotov. Moi je me suis pris des pierres sur le casque, ça a été extrêmement violent” – témoigne le pompier à nos confrères de BFMTV.

Parmi les victimes, dans tous le pays, 52,1% étaient pompiers professionnels. Au total, les agressions déclarées ont donné lieu à 1.337 dépôts de plainte, soit une procédure engagée par 58,6% des victimes. En 2015, ce taux était plus important: 65% des sapeurs pompiers agressés avaient choisi de déposer une plainte.

Hausse du budget pour les forces de l’ordre et la sécurité civile en 2018

L’Assemblée nationale a voté 1,5 % de hausse pour le budget 2018 de la mission sécurité.

En 2018, le ministère de l’Intérieur va organiser un concours de sapeurs-pompiers professionnels et recruter 1.000 policiers, 500 gendarmes et 400 personnels de la DGSI, ainsi que l’effectif nécessaire afin de former la police de sécurité du quotidien.

Pour la rénovation des commissariats et des brigades, la hausse sera de 5,4 % pour la police nationale et 9 % pour la gendarmerie.

Le budget de la sécurité civile servira au renouvellement de la flotte d’avions bombardiers d’eau et un amendement du gouvernement prévoit de verser des indemnités aux personnels impliqués dans la gestion des ouragans ayant frappé les Antilles françaises.

L’autre amendement adopté concerne l’obligation de gratuité des péages autoroutiers pour tous véhicule d’intérêt général prioritaire se rendant en intervention. Auparavant, la gratuité des péages se faisait au bon vouloir des sociétés d’autoroutes.