Innovation : l’application Waze se lie avec les secours

L’application Waze, filiale de Google, a signé ce jeudi un partenariat avec l’Association du numéro européen d’urgence (EENA).

Ce partenariat vise tout d’abord sur un service de géolocalisation, ce qui permettra un meilleur acheminement des secours. Inversement, les secours pourront aussi indiquer les lieux d’interventions afin que les utilisateurs puissent changés leur itinéraire.

En l’espèce, quatre sites pilotes ont été choisis en Europe.

Previous ArticleNext Article

Toulouse : un pompier en intervention reçoit un coup de couteau au thorax

Selon nos confrères d’Actu17, un sapeur-pompier venu assister des ambulanciers a été blessé en intervention, samedi dernier à Toulouse. Appelés à la demande des ambulanciers pour une ouverture de porte, l’un des pompiers a pénétré dans l’appartement, dans lequel se trouvait une femme. Celle-ci a porté un coup de couteau à hauteur du thorax.

“L’homme a dû être transporté à l’hôpital, mais son état de santé n’est pas préoccupant” précise Actu17, citant le site actu.fr.

Sécurité Civile : Les titulaires du permis B pourront conduire des véhicules jusqu’à 5.5 Tonnes avec une formation de 7H

La conférence nationale des services d’incendie et de secours a été organisée le 29 novembre 2017 au ministère de l’Intérieur.

Un avis favorable a été émis conformément à la dérogation autorisée par la directive européenne 2006/126/CE du 20, les acteurs de sécurité civile (sapeurs-pompiers, militaires, démineurs et bénévoles des associations agrées de sécurité civile).

Les détenteurs du permis B aurait ainsi la possibilité de conduire des véhicules de plus de 3.5 Tonnes sans excéder 5.5 Tonnes si ils suivent une formation spécifique d’une journée (7H).

Pour les sapeurs-pompiers, la seule visite médicale avec un médecin du service départemental d’incendie et secours sera suffisante pour la conduite des véhicules de secours et d’assistance aux victimes, le permis sanitaire (permis vert) ne sera donc pas obligatoire.

Ces mesures sont qualifiées d’ “opportunes” par la fédération nationale des sapeurs pompiers de France qui souhaite favoriser l’engagement des sapeurs pompiers volontaires.

Bataclan : Un ancien pompier condamné, il s’était fait passer pour une victime de l’attentat

Cédric R., ancien sapeur-pompier volontaire et formateur de secourisme en Nouvelle-Calédonie, avait indiqué aux enquêteurs, aux médias et au fonds de garantie des victimes qu’il se trouvait au Bataclan le 13 novembre 2015 au moment de l’attaque terroriste.

Une enquête avait été ouverte à cause de nombreuses incohérences dans son récit, il avait notamment évoquer une femme enceinte qui aurait prise plusieurs balles devant lui alors qu’aucune femme enceinte ne figurait parmi les victimes.

Il s’était même fait faire un tatouage en hommage aux victimes de l’attentat mais la localisation de son téléphone mobile a prouvé qu’il se trouvait à 30 kilomètres du Bataclan au moment de l’attaque. Ce n’est que vers minuit qu’il s’est rendu près de la salle de concert afin que des témoins confirment sa présence.

Il s’est rendu de lui-même aux gendarmes qui l’ont immédiatement placé en garde à vue. Il aurait dû être jugé en comparution immédiate mais le tribunal a renvoyé le procès en demandant une nouvelle expertise psychiatrique et psychologique de l’accusé.

Le tribunal de correctionnel Versailles l’a condamné  “tentative d’escroquerie”. Il écope de 2 ans de prison dont 18 mois avec sursis avec mandat de dépôt, 2 ans de mise à l’épreuve, une obligations de soins psychologiques et il doit verser un euro de dommages et intérêts au fonds de garantie et à l’association 13 novembre.

Depuis les attentats, sept personnes déjà ont été condamnées pour “escroquerie” ou “tentative d’escroquerie”.