Marseille : un père et ses deux enfants emportés par une vague

La petite fille de 4 ans emportée par une vague à Marseille est décédée dans la nuit de samedi à dimanche à l’hôpital. Sa soeur de huit ans est toujours portée disparue. Les recherches ont repris dimanche matin.

La fillette de 4 ans qui avait été emportée par une vague avec sa soeur de huit ans et son père, samedi en début de soirée à Marseille au sud de la Pointe Rouge, est décédée au cours de la nuit. Elle avait été retrouvée puis évacuée vers un hôpital marseillais en arrêt cardio-ventilatoire.

Sa soeur de 8 ans n’a toujours pas été retrouvée. Les recherches, stoppées samedi soir vers 21h30, ont repris ce dimanche matin selon La Provence, avec l’appui d’un hélicoptère de la gendarmerie nationale. Le père avait quant à lui été rapidement sorti de l’eau par des pêcheurs avant d’être transporté à l’hôpital.

Samedi vers 18 heures, un témoin alerte les pompiers que «trois personnes, un homme 38 ans et deux fillettes de 4 et 8 ans ont été emportées par une vague au sud de la Pointe Rouge», selon un communiqué de la préfecture maritime de Toulon, évoquant samedi soir une eau à 12°C et une houle de 2,5m. «Immédiatement, plusieurs moyens sont engagés pour procéder aux recherches : la Vedette SNSM «La Bonne Mère de Marseille», 1 semi-rigide du Bataillon des marins-pompiers de Marseille, l’hélicoptère Dragon 131 de la sécurité civile». Les recherches se sont concentrées dans le quartier de la Madrague de Montredon, situé entre le centre de Marseille et les calanques.

Par ailleurs, le corps d’un jeune homme de 24 ans, tombé à l’eau durant la nuit depuis la Corniche, dans les quartiers sud de Marseille, a été retrouvé dimanche matin. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait d’un suicide lié à une déception amoureuses.

Onze départements, dont les Bouches-du-Rhône, avaient été placés samedi matin en alerte orange pour des vents violents, une vigilance levée dans la journée après l’amélioration des conditions météorologiques.

Début février déjà, un homme de 33 ans avait été emporté par une vague et était mort noyé alors qu’il pêchait sur la côte à Marseille.

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La gendarmerie du futur commence ce lundi

TECHNOLOGIES. D’ici le mois de décembre, la gendarmerie nationale va déployer près de 60’000 smartphones auprès de ses militaires. Néogend, cet outil hyperconnecté, devrait révolutionner le quotidien des gendarmes. Pour contrôler une personne et interroger leurs fichiers, quelques clics suffiront.

Selon nos confrères du Dauphiné, L’ère de la gendarmerie digitale est arrivée. Aussi, préparez-vous à voir du changement lors d’un prochain contrôle. Après la tablette dédiée à chaque unité, le smartphone Néogend débarque sur le terrain.

Après deux expérimentations menées dans le Nord en 2015 puis à l’échelle de la région Bourgogne en 2016, chaque gendarme va être doté de cette nouvelle « arme » numérique, qui prendra place à côté de son Sig Sauer Pro 2022, son arme de service.

« Le smartphone Néogend va changer fondamentalement la vie du gendarme, sa façon de travailler. Il s’agit d’un véritable bureau mobile », annonce le général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, cité par nos confrères du Dauphiné.

Déployé au cours de ce dernier trimestre, selon un plan formation, l’outil se veut simple et efficace, tout en renvoyant une image de modernité du gendarme.

Test à l’appui : « Lors d’un contrôle routier, le gendarme scanne avec son smartphone la bande MRZ (bande inférieure à lecture optique) de votre carte d’identité, de votre passeport, de votre titre de séjour. Quelques secondes suffisent pour interroger à distance les différents fichiers au lieu de 15 minutes hier», développe le lieutenant-colonel Mickaël Fumery de la mission numérique.

VIDÉOS. Des pompiers tentent de secourir un dauphin échoué à Menton

Selon nos confrères de Nice-Matin, un dauphin s’est échoué dimanche peu après 16 heures, sur la plage du casino de Menton.

Le mammifère qui souffrait d’une blessure au niveau de l’aileron, a finalement péri. Les pompiers sont intervenus, ainsi que la police nationale. Ils ont essayé à plusieurs reprises de le remettre à l’eau, en vain.


Marseille : le BMPM recrute des médecins urgentistes civils

Le service médical du Bataillon de marins pompiers de Marseille recherche des médecins urgentistes civils (CMU ou DESC), temps pleins, SMUR, pour étoffer une équipe de 30 médecins.

Les missions

  • Activité mixte: gardes sur ambulances de réanimation du BMPM / régulation au CRRA15
  • Soutien des pompiers sur activités à risques (Incendies, GRIMP, sauvetage de personnes ensevelies…)

Les formations dispensées

  • Interventions sur modules médicaux héliportés
  • Perfectionnement de la prise en charge individuelle avec simulation
  • Prises en charge collectives sur catastrophes (nombreuses victimes, catastrophes naturelles et technologiques, NRBC…)
  • Formation et médicalisation en milieu maritime
  • Interventions en milieu périlleux

Prise en charge de la formation médicale continue (diplômes universitaires, congrès).

Envoyez vos candidatures à contact@smurbmpm.fr.